Livres

La France des illusions perdues: l’enquête exclusive de l’institut Médiascopie

La France des illusions perdues: l’enquête exclusive de l’institut Médiascopie

27 avril 2013 | PAR Alice Dubois

La France des illusions perdues est un ouvrage qui révèle les résultats d’une grande enquête faite en 2012 par l’Institut Médiascopie et qui tente de répondre à la question suivante: comment les Français ont vécu 2012 et comment s’attendent-ils à vivre 2013? Sorte de prise de pouls national, cette enquête s’est faite sous la direction de Denis Muzet, fondateur de Médiascopie, sociologue des médias et du politique. Les résultats obtenus ont été soumis à l’analyse de dix intellectuels – chercheurs, praticiens, sociologues, philosophes et économistes. 

LafrancedesillusionsperduesC’est la quatrième année consécutive que l’institut Médiascopie établit le bilan de ce qui a marqué les Français durant l’année écoulée et ce qu’ils pensent revoir dans l’actualité l’année suivante. Après « 2010, le temps des boucs émissaires » et « 2011, année des colères », voici venu le temps des désillusions. En utilisant toujours la même méthode, à savoir une méthode basée sur « les mots de l’année », Médiascopie a dressé une liste de 203 mots représentatifs de l’actualité 2012. Les Français qui ont participé à l’enquête, et qui constituent un échantillon national représentatif, ont été invité à noter ces mots sur les échelles « aimé / pas aimé » et « présent en 2013 / pas présent en 2013 » (note de 0 à 10). L’enquête s’est effectuée en ligne sur la période du 29 novembre au 5 décembre 2012.

Les résultats de cette grande enquête dressent un portrait plutôt pessimiste des Français. L’heure du changement tant annoncé ne semble pas avoir redonné espoir. Dans une situation globale de crise, les tendances des années précédentes restent d’actualité : la perte de confiance dans le Politique et le souci d’une économie en berne qui pèse sur les individus. Les plus grandes certitudes qui s’imposent en 2013 sont en effet la crise économique et financière en Europe et la dette des Etats de la zone euro.

«  Il est frappant de constater dans notre enquête à quel point l’ensemble des mouvements sociaux (cadre national et européen) ont laissé les français indifférents. » (Thibaud Marijn, directeur d’études à l’institut Médiascopie)

Cette perte de confiance et des illusions se traduit notamment par une France qui a peur de l’autre et qui se replie sur elle-même. Thibaud Marijn, titre d’ailleurs une partie de son analyse: « La peur plus forte que le désir de révolte« . Car l’entrée dans une profonde crise politique nationale en 2012 (longueur des élections, usure des grands partis) et la peur de la crise économique et financière en Europe ont laissé les questions de société et des libertés au second plan. En effet, face à la peur de la hausse du chômage et des prix, la croyance dans l’impuissance sociale a grandi. Thibaud Marijn va jusqu’à affirmer la nécessité de réinventer la mobilisation citoyenne.

Pour faire contre poids et comme pour se rassurer un peu, les Français ont applaudi en masse plusieurs héros, accueillis comme des bouffées d’oxygène pendant l’année 2012. Deux événements majeurs ont fait vibrer le cœur des Français pourtant blasés et fatalistes: la réélection de Barack Obama (note de 7,3 / 10) et les Jeux Olympiques de Londres (note de 7,2 / 10).

Les analyses des intellectuels sur cet état des lieux font ressortir plusieurs grandes idées où la notion de peur, là encore, tient une place majeure. Daniel Cohn-Bendit parle d’une société « fragilisée et peureuse », Nicolas Baverez évoque la France comme « La société de la peur ». Cynthia Fleury va jusqu’à parler de « zone de désolation ».

« Les français n’ont jamais été aussi désabusés sur leurs dirigeants ni aussi convaincus de leur incapacité à redresser le pays. » (Nicolas Baverez)

Vous l’aurez compris, le tableau n’est pas très joyeux mais réaliste, pertinent et juste. L’étude est instructive et, sans proposer de solutions toutes faites, elle ouvre des pistes de réflexion. Avec du recul et alors que 2013 est déjà bien entamée, il est aujourd’hui difficile de donner tort à ces analyses. Retenons, en guise de conclusion, les mots de Cynthia Fleury:  » Ce pas de plus, il faut le faire. (…) Ce deuil du pire, il faut l’entériner. Rien dans les graphiques ne laisse présager une telle secousse régénératrice en 2013. Mais l’imprévisibilité reste encore un caractère national ».

 

La France des illusions perdues

Sous la Direction de Denis Muzet –

Sous la Direction de Denis Muzet – Avec la collaboration de Nicolas Baverez, Denis Bertrand, Daniel Cohn?Bendit, Laurent Davezies, Gilles Finchelstein, Cynthia Fleury, Michel Godet, Thibaud Marijn, Didier Pourquery, Jean Viard.

Editions L’Aube – Parution : mars 2013- 142p.

Prix : 13,80 €

ISBN : 978-2-8159-0751-4

www.editionsdelaube.com

Olivier Cablat présente ses fouilles sur les paris hippiques au BAL
Vite, vite, le palmarès des Prix du théâtre sur France 2
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *