Jeunesse
Superfuret d’Elisa Vix

Superfuret d’Elisa Vix

21 septembre 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte d’Elisa Vix et illustrations de Chiara Dattola

Intriguée par les vols qui ont lieu dans sa classe, Noémie décide de mener l’enquête avec ses amies Jeanne et Léa. Mais sans Mouche, le furet de Noémie, elles ne pourraient réussir à trouver le coupable et à découvrir son secret. Avec beaucoup d’audace et d’ingéniosité, tous quatre réussissent à aider un de leurs camarades en détresse.

Elisa Vix est à la fois écrivain, mère et vétérinaire. Son histoire s’inspire de ces différentes expériences. Déjà auteur de polars pour adultes dont La Nuit de l’accident paru aux éditions du Rouergue il y a quelques mois, elle publie ici son premier polar pour enfants et autant dire tout de suite que c’est bluffant. L’intrigue est très prenante, drôle et surtout d’une grande originalité avec le personnage du furet sympathique et amusant. De quoi donner à beaucoup de lecteurs l’envie d’avoir un furet comme animal de compagnie.

Chiara Dattola est une illustratrice italienne fameuse. Sa couverture, gaie et très colorée, fait envie. Le furet, un animal difficile à dessiner, est très bien rendu avec un air espiègle et l’héroïne, Noémie, a tout de suite l’air charmante et pleine de vie.

Il y a un très bon suspense dans cette histoire, le tour qu’elle prend en cours de déroulement est complètement inattendu. Le début pourrait sembler courant, les vols à l’école sont hélas fréquents dans presque toutes les classes de toutes les écoles mais la suite l’est beaucoup moins. L’auteur y aborde avec délicatesse un sujet particulièrement sensible, celui des enfants maltraités par leur famille. Ce faisant, elle incite ses jeunes lecteurs à être attentifs aux problèmes de leurs camarades et disponibles pour les aider. En effet, dans un monde d’adultes qui lui fait peur, l’enfant ne peut parfois trouver refuge que dans la solidarité avec ceux de son âge.

Un récit émouvant, astucieux et intelligent, une complète réussite à lire absolument.

Au Vieux-Colombier, Antigone sous l’occupation
Les bons plans du week-end du 21 septembre
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture