Jeunesse

Ma maman est partout de Nathalie Kuperman

Ma maman est partout de Nathalie Kuperman

29 mars 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Illustrations en couleur d’Aurélie Guillerey

Joseph a une maman qui l’aime vraiment, vraiment beaucoup. Elle l’aime tellement qu’elle l’accompagne partout pour le protéger. Son amour semble lui donner de mystérieux pouvoirs comme celui de devenir toute petite pour se cacher dans le cartable de son fils ou celui de devenir géante pour le protéger des attaques de méchants garçons. Mais Joseph voudrait bien vivre sa vie tout seul, comment le faire comprendre à sa maman sans la blesser?

Nathalie Kuperman est une auteure française pour les adultes comme pour la jeunesse. Elle a obtenu le prix de la Closerie des Lilas pour son roman Les raisons de mon crime chez Gallimard en 2012. Elle a aussi écrit une vingtaine de livres très sympathiques à l’Ecole des Loisirs tel que L’heure bleue sur le deuil de la mère, un peu le contresujet de Ma maman est partout.

Aurélie Guillerey est auteure, illustratrice et créatrice d’affiches et de programmes pour des compagnies de théâtre. Ma mère est partout est son premier livre à l’Ecole des Loisirs. Ses dessins apportent beaucoup de sel à l’histoire: les bouilles des personnages sont pleines d’humour, les monstres rigolos et les couleurs très gaies soulignent le côté surréaliste du récit.

Drôle d’histoire. Grandir, c’est se détacher progressivement de ses parents pour acquérir son autonomie, cela commence doucement à partir de sept ans à condition que les parents y mettent du leur. Ce n’est pas le cas ici, la maman a autant de mal à s’éloigner de son enfant que lui d’elle, cette trop grande fusion a des conséquences négatives sur la vie de Joseph, il doit réagir et s’affirmer pour lui prouver qu’elle peut lui faire confiance et qu’il a grandi. Mais le seul fait d’aller acheter une baguette de pain, de rompre avec ses habitudes matinales provoque chez le jeune garçon une véritable crise. Est-il vraiment prêt au changement? N’est ce pas lui autant que sa mère qui a du mal à grandir? Beaucoup de jeunes lecteurs se reconnaîtront dans cette belle aventure de la vie.

Les Rolling Stones seront à Glastonbury en juin prochain
[Live report] The Popopopops au Divan du Monde : un nom qu’il va bien falloir finir par retenir
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *