Jeunesse
L’ombre d’un père de Florence Cadier

L’ombre d’un père de Florence Cadier

19 février 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Gary a dix-huit ans. Il est en quête de son identité et se sent mal dans sa peau car il ignore tout de son père. Sa mère, Nicole, avec laquelle il vit refuse de lui dire quoi que ce soit à son sujet. Gary s’ennuie au lycée, il a du mal à s’intéresser à quelque chose quand une fille l’aborde dans un bar et lui dit avoir des informations sur son père. Mais, très vite, la situation bascule et le désarroi du jeune homme va être plus grand encore.

Après une carrière de journaliste, Florence Cadier s’est lancée dans la littérature jeunesse, elle anime également des ateliers d’écriture pour enfants afin de transmettre son envie d’entendre et de raconter des histoires. Elle a écrit ce roman lors d’une résidence d’auteur à Wellington en Australie. C’est dans cette ville que se déroule L’ombre d’un père, l’action est imprégnée de l’ambiance de cette belle cité, une des rares choses avec laquelle le héros se sent en harmonie.

Gary est en pleine crise. Il se remet en question et s’interroge aussi sur ceux qui gravitent autour de lui: sa mère, son père absent, ses amis, ses premiers sentiments amoureux. Il a besoin pour passer à l’état d’homme de tout savoir sur ses origines pour se construire à partir de ces dernières, pas possible de baser sa vie sur du silence et des non dits. D’étranges visions de guerre le hantent comme si quelqu’un essayait de communiquer avec lui: son père? Nous vivons toute cette histoire du point de vue de cet adolescent tourmenté qui se bat pour trouver des repères. L’intrigue est passionnante, une énigme qui se double d’un suspense glaçant lorsque Gary rencontre Lilas, une fille qui peut lui en dire plus mais ne va pas en avoir le temps. Ce roman se lit d’une traite, il nous happe soudainement et ne nous lâche pas jusqu’à la fin, une belle histoire d’expérience de vie qui sonne juste.

La tête au ciel de Régine Detambel
Les sorties cinéma de la semaine du 20 février
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *