Jeunesse

La princesse aux petits doigts de Colas Gutman et Marc Boutavant

La princesse aux petits doigts de Colas Gutman et Marc Boutavant

06 mars 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Colas Gutman et illustrations de Marc Boutavant

Il était une fois une princesse intelligente mais traumatisée par ses affreux doigts boudinés qui, pense t’elle, vont l’empêcher de se marier. Entendant parler de la Belle aux super-doigts qui vit dans la forêt des contes perdus, pleine de personnages de seconde zone qui n’ont pas réussi à devenir des héros d’histoires, elle décide de partir avec son fidèle serviteur, monsieur Chien, s’emparer des doigts de la Belle.

Colas Gutman est passionné d’écriture et de mise en scène. Le maître mot de ses histoires: l’humour. Il excelle à faire rire et sourire ses lecteurs par les facéties de ses personnages et les extravagantes situations dans lesquelles il les met. Il réaborde ici le conte avec la même forme que pour Les chaussettes de l’archiduchesse, sorti en 2007. Son héroïne féminine a peu ou prou la même préoccupation que toutes les héroïnes de contes, à savoir trouver un prince charmant, sauf que, dans ses deux livres, l’obstacle qui l’en empêche est des plus saugrenus.

 

Les illustrations de Marc Boutavant, connu pour sa série Mouk, sont aussi drôles que le texte, les mines de la princesse et de son serviteur sont des plus réjouissantes à notre vue. Le texte est une surprise à chaque page tant les situations sont surprenantes, et chaque nouveau personnage burlesque: ils sont bien des adjuvants, des aides pour que la princesse réussisse sa quête mais, en apparence, ils ne savent faire qu’une seule chose, qu’ils font bien mais qui n’a semble t’il aucun intérêt: crotter, par exemple.

Voici une histoire où une jeune fille qui a tout pour réussir ou presque choisit d’être une looseuse, de s’écarter du chemin tout tracé auquel elle était prédestinée par sa naissance pour trouver le bonheur auquel elle aspire, et où une autre qui semblait partie pour rater sa vie va s’en sortir très bien. Quand aux personnages qui ne servent à rien en apparence, ils sont au final bien utiles à la princesse, comme quoi, même si vous avez parfois l’impression que vous êtes là pour du beurre, c’est rarement le cas. Bref, une histoire encourageante qui dit aux enfants que ce n’est pas parce qu’ils sont mal partis dans la vie pour quelque raison, quelque handicap, qu’ils ne vont pas y arriver et même mieux que ceux qui leur paraissent plus brillants qu’eux, une part de chances et d’esprit d’entreprise après, les cartes ont changé de main. Très drôle et très bien vu sur la manière inattendue dont les choses se passent souvent dans la vie.

 

La Taverne Münchausen Joutes d’impro
Interview de Vincent Macaigne, pour la sortie de Ce qu’il restera de nous
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *