Jeunesse

« Dieu roule pour moi » de Dominique Souton, ou la malchance d’avoir un père pasteur…

« Dieu roule pour moi » de Dominique Souton, ou la malchance d’avoir un père pasteur…

12 novembre 2015 | PAR Le Barbu

« Bienvenue chez moi, Chrissie Jones. Mon pauvre papa pasteur, ma petite maman et mes deux foutus frères, mes cours de français, mes 13 ans et les copines qui vont avec, toutes s’impatientant de rencontrer le prince charmant. Damnit. Bienvenue à Sioux Falls, Dakota du Sud. Ses légendes indiennes, ses deux cents églises, ses phénomènes bizarres, et son bal de la pureté, au cours duquel les jeunes filles doivent promettre à leur père de rester chastes jusqu’au mariage. Ha ha ha. Oui, bienvenue dans ce trou perdu. Dieu merci, il est possible que j’ai quelques pouvoirs, susceptibles de vous étonner. »

E151475

[rating=3]

Chrissie, 13 ans, vit à Sioux Falls, un village d’Amérique profonde dans le Dakota du Sud. Elle raconte à sa correspondante française sa vie, ses déboires, ses sentiments de solitude et d’ennui… Elle nous offre aussi une vision de sa communauté traditionnelle qui voue une place importante aux préceptes de l’église, et la « malchance » d’avoir un père pasteur qui bannit de la vie de ses enfants les choses qu’il estime blasphématoire : pas de baisers dans les films, pas de magazines à potins, encore moins de fêtes d’anniversaires ou de soirées pyjamas.

Dieu roule pour moi est un roman épistolaire assez atypique, qui compile les lettres écrites par l’héroïne, Chrissie, ce qui rend la narration très vivante et ancrée dans le présent de la jeune fille. Le style est fluide, drôle et agréable à lire. Le récit s’inscrit dans les codes des romans jeunesse américains et joue sur le décalage entre culture française et culture américaine. Le texte est court, et se lit rapidement. L’intrigue n’est pas d’une grande originalité, mais cela reste un roman jeunesse sympathique et qui peut être aussi un excellent moyen pour plonger au cœur de l’Amérique puritaine.

Âge : 12 à 16 ans

« Dieu roule pour moi » de Dominique Souton, collection Médium, édition l’école des loisirs, 2015, 14,00 €

Agenda des vernissages de la semaine du 12 novembre
[Interview] Rufus pour la sortie de « Chant d’hiver » d’Otar Iosseliani
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *