Jeunesse
Comme tu regardes le ciel étoilé, le conte grunge de Polar, Roualet et Melquiot

Comme tu regardes le ciel étoilé, le conte grunge de Polar, Roualet et Melquiot

24 août 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Livre d’art, livre de conte, livre de poésie, livre à écouter. C’est tout cela Comme tu regardes le ciel étoilé, le magnifique projet du musicien Polar, de l’auteur de théâtre Fabrice Melquiot et de la dessinatrice de génie Jeanne Roualet. 

Tristesse contemporaine

Cela se passe comme ça, une double page se compose à gauche d’un titre en orange fluo, d’un texte écrit comme à la machine à écrire et à droite un grand dessin en noir et blanc.

Les dessins de Jeanne Roualet sont tristes, sombres et en même temps profondément lumineux. Ils sont troublants car ils ne se lisent réellement qu’après plusieurs regards. C’est au-delà du dessin. C’est à la fois du crayon gris « tout bête », et de la photo, c’est un mélange de matières qui donne à chaque planche un côté justement « à côté », décalé.

Déphasages

Car c’est cela Comme tu regardes le ciel étoilé, un projet décalé. Et Dieu, que l’on aime ça, que ce soit en danse ou au théâtre, quand il y a de l’arythmie, du contrepoint, du déphasage.  Edité chez La joie de vivre, ce superbe album à la couverture noire et au titre en pointillés est adressé aux enfants. Dès 7 ans.

Et que c’est rare! Alors oui, la littérature jeunesse a fait du chemin et on est loin des bisounours souvent. Mais généralement quand les histoires sont sombres elles sont rigolotes, on pense à Mort de rire de Pascal Parisot et Charles Berberian par exemple, qui surfe avec délire sur la mort. Ici, la mélancolie règne sur chaque chanson, même quand elle est heureuse. Cela est appuyé par la voix grunge de Polar qui ouvre ses voyelles, les rend grasses et intenses. Sa voix associée aux dessins donne aux textes de Melquiot la tessiture parfaite.

Passages

Melquiot, on le connait surtout pour son excellent théâtre tout public, mais il ne faut pas oublier qu’il écrit beaucoup pour le jeune public (Les séparables, Alice et autres merveilles…).

C’est donc naturellement qu’il a le ton juste. Ses 17 textes sont tous des poèmes, tous indépendants. Il ouvre le recueil sur une note positive : « Les jolies choses » qui liste les petits bonheurs au jour le jour :  « je fais la liste des jolies choses, pour toi, pour que tu n’oublies pas, de vivre 100 fois ». Mais déjà, la mélancolie règne et la liste compte « les gens qui nous manquent ». 

Chaque titre est plutôt axé rock, on adore « Système Colère » (« J’ai 10 ans, solitaire (…) je suis le roi du système colère ») ou « Ça fait longtemps que j’ai pas sauvé une vie » (J’ferai pas semblant que c’est Hollywood, je tendrai la main, y’aura quelqu’un, pour dire, de toi, j’avais besoin »)

A vous de vous procurer et d’offrir ce bijou d’intelligence et de finesse, dépêchez-vous, « les rêves n’attendent pas « !

Fabrice Melquiot / Polar / Jeanne Roualet, Comme tu regardes le ciel étoilé, La joie de lire, 24,90€.

Visuels :
En Une : Couverture
En galerie : Illustration et texte Les jolies choses
©Fabrice Melquiot / Polar / Jeanne Roualet/ La joie de lire

 

« Tira Lenso » : ode à Marseille, ode à la jeunesse
Monsieur Mache dévore les livres chez Didier Jeunesse
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture