Jeunesse
Anka de Guillaume Guéraud

Anka de Guillaume Guéraud

28 février 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Pour Marco, l’adolescence n’est pas une tasse de thé. Il est en perte de repères dans sa famille, dans son rapport aux filles et à l’école quand deux policiers font irruption chez lui pour lui annoncer la mort de sa mère. Sauf que ce n’est pas elle qui est décédée mais une immigrée roumaine avec laquelle son père a fait un mariage blanc dix ans auparavant. Commence alors pour Marco une enquête pour essayer de savoir qui était cette femme mais aussi qui il est, lui.

 


Voici un roman qui bouscule sacrément car il ose dire des choses vraies rarement dites sur l’immigration, sur l’exclusion, sur les rapports humains, les mensonges qui se cachent derrière, l’hypocrisie, les carences de la société, la perte de repères dans notre société, la perte de valeurs aussi. Dans un langage très simple, courant et souvent familier, l’auteur nous met dans la peau d’un adolescent malheureux, confronté à un monde d’adultes qui ont perdu leurs idéaux. Il a des parents qui s’aiment sans doute mais il n’en n’est pas sûr car il ne les voit jamais s’embrasser et ils ne sont pas mariés. Chaque enfant croit initialement en l’honnêteté de ses parents et cherche à voir en eux un modèle aussi est-il naturel que le choc soit violent de découvrir que son père s’est marié pour de l’argent avec une inconnue, dont il ne s’est pas soucié une seconde ensuite si ce n’est pour s’inquiéter de ce que va coûter l’enterrement de celle qui légalement seulement a été sa femme. Cet adolescent n’a donc pas de valeur, pas de modèle auquel s’identifier. Le sort de cette jeune femme qui fut le peu de temps qu’elle a vécu sans doute encore plus perdue que lui le touche, il s’identifie à elle, il cherche à la connaître dans un désir de réhabiliter sa mémoire, de rendre hommage en quelque sorte au calvaire qu’elle a connu. Hélas, à mesure qu’il poursuit son enquête, il découvre horreur sur horreur, il a honte du comportement que la société qui l’entoure a eu à l’égard de cette jeune femme qui cherchait juste à être heureuse, à s’en sortir, à mener une vie décente et à qui personne n’a donné sa chance. Cette chance, le personnage ne la trouve pas vraiment non plus pour lui.

Nous sommes plongés d’un bout à l’autre dans ce roman à l’intrigue poignante où tous les adultes reconnaitront un pan de leur adolescence. Il est beau que dans un monde qui se soucie souvent bien peu des femmes et les discrimine un jeune garçon fasse la démarche inverse, les respecte et leur rend hommage. Un beau roman d’apprentissage qui fait réfléchir sur le monde, une écriture accessible à tous qui rend aisée à lire une histoire pourtant pas si simple. Un grand bravo à l’auteur pour ce livre où réalité et fiction se fondent étroitement. Nous sentons une part d’autobiographie dans ce nouveau chef d’oeuvre de Guillaume Guéraud après Sans la télé (2010). Un auteur qui n’hésite pas à aborder frontalement des sujets qui parfois fâchent.

Cheval de guerre: le nouveau film de Spielberg
Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg victimes d’une agression
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture