Livres

Comment ça va mal Wolinski ?

Comment ça va mal Wolinski ?

05 août 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Georges Wolinski signe sa propre bio. Le pire a de l’avenir pourrait se résumer par une célèbre blague juive. On vous la raconte. Alors, c’est l’histoire de Samuel qui rencontre David, Samuel lui dit : en deux mots, comment tu vas ? Ça va répond David. Et en trois rétorque David ?  Ça va mal répond Samuel…

Dans ce livre-pavé se côtoient la bande dessinée, les chroniques, les petites phrases et les dessins d’humour. Quand on pense Wolinski on y associe toujours les culs des femmes, c’est un tort. Ce qui représente le mieux le dessinateur c’est lui au bord de la falaise, toujours près à tomber. Mi-dépressif, mi-blasé, il a su croquer pour lui même ou pour Charlie Hebdo toute la société dans ses travers : la politique, le racisme, l’antisémitisme, les riches, les pauvres…

Le livre fonctionne par allers-retours. On retrouve tout au long des pages des pensées qui auront des rebonds.  Une fois sa vie racontée de Varsovie à Moscou en passant par Cuba nous entrons dans les pensées de l’artiste. On rit souvent, jaune bien sûr, mais souvent. Son rapport à la mort vaut le détour. Il joue avec elle en la maintenant à bonne distance :  » Moi, le seul voyage qui m’intéresse, c’est la mort. Parce qu’on ne rapporte pas de diapos ». En ayant l’air pressé d’en finir, c’est surtout un monde médiocre que Wolinski veut quitter : « Ça me déprime de savoir que statistiquement je pense comme la plupart des gens ». La connerie l’effraie plus que tout surtout quand elle devient kamikaze, d’extrême gauche ou droite peu importe ou raciste.

Le pire a de l’avenir. Pourquoi ? Parce qu’attablé au bistrot dans l’un de ses Dialogues de sourds, l’un dit à l’autre qui ne l’entend pas : » Le pire a de l’avenir : la droite issue de la résistance a vécu, mais la droite issue de la collaboration a survécu. J’ai beau prendre des anti-inflammatoires, j’ai toujours mal au dos. Aïe ».

Aïe, Wolinski a mal à son inconscient, à son identité, à sa vie en général. En même temps, il adore son job, vivre de son dessin est chose folle et il rend ici à cet art là un grand hommage.

Le livre est un bon pendant à l’exposition qui se tient actuellement à la BNF jusqu’au 2 septembre. Il résonne de la même façon en nous permettant de gratter, même pas fort, pour sous le cynisme, trouver une drôle de douleur.

 

 

Live Report : Reggae sun Ska festival, day 2
Paul-Jacques Hulot à la tête du Moulin du Roc
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Comment ça va mal Wolinski ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *