Fictions

« Wild Side » de Michael Imperioli, une jeunesse new-yorkaise

« Wild Side » de Michael Imperioli, une jeunesse new-yorkaise

27 septembre 2018 | PAR Marine Stisi

L’acteur américain Michael Imperioli, principalement connu pour son rôle dans la série Les Soprano, a publié récemment son tout premier roman, Wild Side, traduit et édité en France par les Editions Autrement.

[rating=3]

Un gamin (preque) comme les autres

Au tableau, Matthew, 16 ans, silencieux gamin californien venu s’installer à New-York avec sa mère un tantinet maniaco-dépressive. Après avoir touché une grosse somme d’argent dont on ne saisi pas bien l’origine, la mère et le fils déménagent de leur Queens un peu crade aux scintillants beaux quartiers de Manhattan. Le choc est rude, la différence, criarde.

Dans son immeuble huppé vit un homme étonnant. Son allure pourrait être celle d’un SDF si Matthew ne savait pas qu’ils partageaient la même adresse. Par un hasard fortuit, il finit par faire sa connaissance, devenir presque un ami, si ce n’est qu’il l’appelle sans cesse Tim au lieu de Matthew. Lui, il s’appelle Lou… Oui, ça lui revient. Lou, comme Lou Reed. Le Prince de la nuit et des angoisses, dira plus tard Andy Warhol.

Alors, le temps de quelques nuits, de quelques virées loufoques, le gamin qui n’a rien perdu de sa timidité – et c’est ça, aussi, qui rend la relation touchante – va partager un peu du quotidien de cette immense star, de cet allumé génial qui écrira plus tard certaines des plus belles chansons du rockn’n’roll, alors même que Matthew grandit à vu d’œil, et qu’il expérience, sans aucun doute, certains des moments le plus fondateurs de son existence.

De la mafia au rock’n’roll

Michael Imperioli a attendu des années pour ajouter à son arc la corde du romancier. On le connaissait dans son costume de protégé de Tony Soprano dans la série à succès américaine, on ne s’attendait pas à le voir en auteur de la rentrée littéraire. Pourtant, il faut bien avouer que c’est une belle réussite.

Wild Side est un roman d’apprentissage touchant et tendre sur la jeunesse, sur la solitude et un bel hommage à Lou Reed, bien sûr, figure omniprésente du New-York post 70’s. Et un conte new-yorkais d’où on imaginerait bien voir sortir d’une platine les premières notes d’une guitare électrique.

Wild Side, Michael Imperioli, Editions Autrement, 20,90€, 304 pages.

Date de parution : 29 août 2018

Visuel : ©DR

La première sélection du Grand Prix de l’Académie Française est sortie
« Dru » et cru, mais beau et poétique: la chair du trapèze mise à nue par La June
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *