Fictions

Triangle isocèle : souvenirs d’une enfance communiste par Elena Balzamo

Triangle isocèle : souvenirs d’une enfance communiste par Elena Balzamo

18 février 2019 | PAR Yaël Hirsch

Elena Balsamo propose avec Triangle isocèle, son deuxième roman, une promenade dans ses souvenirs. Poétique et pudique.

Un nom italien, spécialiste de plusieurs langues dont le suédois et le français, la narratrice s’étonne d’avoir grandi dans un pays communistes et d’avoir pourtant connu peu de membres du parti.

Hors chronologie, les personnages, les portraits et les paysages se suivent en un joli labyrinthe de mémoire des deux côtés de l’Oural et même de l’Atlantique et l’on se laisse porter par les mots soucieux d’harmonie et de symétrie, comme le long d’un fleuve. Il y a le père d’une amie, aventurier fou du siècle, il y a le port de Bordeaux que la narratrice honnit mais où plusieurs personnages passent et il y a une Russie presque nostalgique d’une jeunesse à apprendre. Un roman poétique, qui charrie en eaux troublées, autant de réflexions politiques que de tranches de vie.

Elena Balsamo, Triangle isocèle, éditions Marie Barbier, 128 p., 12 euros. Sortie le 04/01/2019

It’s a « Long Way Home » pour Angel
« Revoir Lascaux » de Gaëlle Bourges aux Amandiers : une question de regard
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *