Fictions
Sélection poches : Paul Auster dans tous ses états

Sélection poches : Paul Auster dans tous ses états

04 janvier 2015 | PAR Audrey Chaix

Après la parution au printemps dernier de son dernier opus, Excursions dans la zone intérieure, Paul Auster ne se fait pas oublier de ses aficionados français qui sont régalés coup sur coup de deux parutions en poche : Actes Sud édite chez Babel la Chronique d’hiver, qui précède les Excursions aussi bien dans le thème que dans le style, et Le Livre de Poche propose Sunset Park, un roman initiatique poignant initialement paru chez Actes Sud en 2011 pour la version française. 

sunsetparkDeux romans, un même auteur, et deux univers bien différents : dans Sunset Park, Auster raconte l’histoire de Miles, un jeune homme issu d’une famille aisée mais séparée, élevé depuis le plus jeune âge avec Billy, le fils de sa belle-mère, aussi cool et débonnaire que Miles est timide et emprunté. Un jour, suite à une panne de voiture, les deux garçons marchent sur le bas-côté de la route, une dispute éclate, Miles pousse violemment Billy à terre – au moment où surgit un véhicule. Billy est tué sur le coup, et Miles hérite d’une culpabilité intense, qui lui fera quitter sa famille et la ville de New York sans laisser d’adresse. De retour à Brooklyn sept ans plus tard, il affronte ses démons tout en faisant l’expérience d’une colocation insolite dans un squat, au plus fort de la crise des subprimes.

Dans Sunset Park, l’histoire d’une société mise à mal par la fin d’un modèle rencontre celle des individus qui se débattent face à ces changements. Le destin de Miles, qui se sent coupable d’avoir tué son frère, rejoint celui de tous les expropriés qui ont perdu leur maison : lorsque le roman commence, on fait connaissance avec le jeune homme alors qu’il débarrasse des maisons abandonnées par ceux qui en ont été spoliés. Plus tard dans le roman, Miles partage une petite maison dans le quartier de Sunset Park à Brooklyn avec quatre autres jeunes gens qui se lancent avec difficulté dans la vie : loyers trop chers à New York, difficultés à boucler les fins de mois en raison de salaires trop faibles… ils ont décidé de squatter cette petite maison vermoulue qui n’est occupée par personne. Paul Auster se fait ici la voix d’une génération sacrifiée à l’autel du capitalisme, système qui a aidé à l’ascension de leurs parents mais dont la crise la précipite dans un abîme sans fond. Le tout avec la précision narrative et la beauté de la prose qui sont la marque de fabrique de Paul Auster, et qui rendent difficile à poser ce roman de la désillusion.

chroniquedhiverDans Chronique d’hiver, le héros du livre, c’est Paul Auster lui-même. Un Paul Auster qui se tutoie, de l’enfance jusqu’au jour de l’écriture, pour apporter un regard rétrospectif sur le parcours de l’enfant, puis de l’homme qu’il est devenu, en se focalisant principalement sur les sensations qui ont composé son moi intérieur au cours de ces années. Très vite, cependant, l’auteur ne résiste pas à la tentation de dépasser son sujet, et de composer une autobiographie très personnelle, qui permet au lecteur de voir émerger entre les lignes de Chronique d’hiver les raisons d’être de l’écrivain Paul Auster – un écrivain qui n’a jamais ménagé son corps pour permettre à son esprit de dire, avec le plus de justesse possible, la réalité du monde dans lequel évoluent ses personnages.

Extrêmement sensuel, intransigeant envers l’auteur, Chronique d’hiver fait du corps humain le matériau principal de l’esprit, et s’inscrit irrémédiablement dans son temps, dans son époque et dans son univers spatial, marqueurs spatio-temporels dont Paul Auster s’est toujours fait le chantre, tout au long de sa carrière d’écrivain longue de plus de trente ans aujourd’hui. Un processus qu’il est passionnant de décortiquer avec l’aide de Paul Auster lui-même, qui se met littéralement à nu devant ses lecteurs.

Sunset Park, de Paul Auster. Traduit de l’anglais (Etats Unis) par Pierre Furlan. Le Livre de Poche. Paru le 02 janvier 2015. 360 p. Prix : 7,60 €.

Chronique d’Hiver, de Paul Auster. Traduit de l’anglais (Etats Unis) par Pierre Furlan. Actes Sud, collection Babel. Paru en septembre 2014. 256 p. Prix : 7,70 €.

Box-office : le phénomène « La Famille Bélier » devance « Exodus » et domine le top 10 des entrées France de la semaine
Sélection poches : aux quatre coins du monde
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture