Fictions
« S’abandonner à vivre », l’art subtil et cruel de la Nouvelle, par Sylvain Tesson

« S’abandonner à vivre », l’art subtil et cruel de la Nouvelle, par Sylvain Tesson

14 février 2014 | PAR Yaël Hirsch

Sortie majeure de la rentrée de janvier, sous son titre très « développement personnel », le recueil de Sylvain Tesson offre une vingtaine de textes courts, denses, souvent empreints d’un zeste d’ironie brute et toujours de petits chefs d’œuvre de langue. Incontournable. 

[rating=5]

s'abandonner à vivre sylvain tessonQue ce soit en France où deux êtres complémentaires accomplissent leur destin très « bobo », en Russie où un homme très amoureux de sa femme va scier les poteaux électriques pour leur procurer une obscurité (et une pause sans télé) très propice(s) à l’expression de la libido ou aux confins du désert nord-africain qu’un homme traverse pour venir clandestinement vivre en Europe, les personnages de Sylvain Tesson jouent une comédie humaine contemporaine, à la fois mondialisée, très particulière et totalement universelle.

Teintée à la fois d’empathie et d’ironie, la narration brille par son style toujours flamboyant et place le lecteur dans une position très originale, une sorte de surplomb détaché mais pas indifférent parce que les petites histoires morales qui se déroulent dans S’abandonner à vivre touchent toutes tout un chacun. Une vraie réussite qui fait qu’on ne lâche pas le livre avant d’avoir dansé la ronde à la fois gracieuse et grimaçante de toutes les nouvelles.

Sylvain Tesson, S’abandonner à vivre, Gallimard, Collection Blanche, 224 p., 17.90 euros. Sortie le 02 janvier 2014.

« Pour Noël, il avait son plan. Et une journée à tuer. Les trottoirs de Riga étaient en glace, les femmes marchaient à pas précis, couvertes de fourrures. Toutes étaient d’une élégance déplacée à cette heure de la journée. Il était midi et les talons aiguilles perçaient la neige de milliers de trous, semblables aux poinçons laissés par les sabots des faons dans les allées sableuses des forêts d’Île de France. » p. 195

[Berlinale, Compétition] The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson : Les clés croisées du destin
[Critique] « Arrête ou je continue », Emmanuelle Devos et Mathieu Amalric enterrent leur couple dans les bois
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *