Fictions
Route 62: les dessous du rêve américain par Ivy Pochoda

Route 62: les dessous du rêve américain par Ivy Pochoda

20 août 2018 | PAR Yaël Hirsch

Remarquée avec L’autre côté des docks (Prix Page America 2013), la newyorkaise Ivy Pochoda investit Los Angeles et le grand ouest avec son roman habité sur la Route 62. Une des puissantes sorties étrangères de cette Rentrée littéraire 2018, chez Liana Levi.

[rating=4]

 

 

Un matin comme les autres un jeune homme bronzé et beau se met à courir nu sur l’autoroute en plein pic de trafic de Los Angeles. En route pour le travail, le terne Tony se sent galvanisé par cet être si libre, désormais sous le feu des médias et il sort de sa voiture pour le suivre. Mais l’histoire de ce coureur n’est pas que gloire, amour et beauté. Sa belle folie est le fruit d’une rivalité coriace avec son frère et d’une relation floue avec des parents gourous… Qui plus est, un homme est à la recherche du jeune homme pour une vengeance redoutable … La rencontre de Tony avec une proche du coureur, Britt permettra d’éclairer cette course et peut être certains mystères de cette éternelle Babylone : Los Angeles.

Fonctionnant à la fois comme un puzzle et un roman choral aux voix éclatées, Route 62 s’étale sur une dizaine d’années et permet aux lecteurs de rencontrer le côté des miracles : l’étudiante en cavale, les deux frères bibliques déchirés, le gourou post-hippie et ses poulaillers se mettent à vivre sous les yeux d’un travailleur simplet, ordonne, marié et hypnotisé. Très cinématographique, malin dans sa progression, un zeste d’ironie planqué derrière le mysticisme du western : tous les ingrédients d’un grand roman sont là et on ne lâche pas Route 62. À lire, de ouvrir et offrir.

Ivy Pochoda, Route 62, trad. Adélaïde Pralon, Liana Levi, 352 p., 22 euros. Sortie le 6 septembre 2018.

Visuel : ©couverture du livre.

Le « Napoléon » de Stanley Kubrick est finalement adapté au théâtre
Aujourd’hui le cinéaste Oleg Sentsov se meurt en captivité russe
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture