Fictions
Rentrée littéraire de janvier : les incontournables

Rentrée littéraire de janvier : les incontournables

12 janvier 2014 | PAR Céline Duverne

Amateurs de littérature, tous à vos postes ! Après la saison faste des prix littéraires, à peine avez-vous digéré les derniers best-sellers qu’il est déjà temps de vous remettre à table : la rentrée de janvier vous offre ses derniers crus. L’industrie du livre, un secteur menacé ? Avec 547 romans à paraître en librairie, un chiffre en hausse de 4,2 % par rapport à l’an passé, le millésime d’hiver 2014 s’annonce tout aussi prometteur que la rentrée de septembre. La rédaction vous a concocté une liste non-exhaustive des incontournables.

Le retour des grands maîtres :

Cette rentrée littéraire marque le retour en force de quelques pointures et célébrités très attendues du grand public :

– Après le succès fulgurant de sa dernière trilogie – dont le premier tome, Les yeux jaunes des crocodiles, est en cours d’adaptation pour le cinéma – Katherine Pancol nous présente le premier né d’une nouvelle fratrie : Muchachas. Dans ce premier opus, les femmes mènent la danse et nous entraînent « de Paris à Londres, de New York à Miami, de Saint Chaland à Cuba, des ferrailleurs bourguignons à l’univers de la mode et aux studios de musique » (cité par Métronews). [Katherine Pancol, Muchachas, Albin Michel, parution le 12 février.]

– Pour enrichir ce palmarès, l’incontournable Pierre Assouline revient en fanfare avec Sigmaringen. Julius Stein, majordome des Hohenzollern, a pour mission de veiller sur leur château de Sigmaringen réquisitionné par Hitler. Des querelles sévissent entre collaborateurs et miliciens. Louis-Ferdinand Céline fait une brève apparition dans cet opus mêlant histoire et fiction. [Pierre Assouline, Sigmaringen, Gallimard, parution le 9 janvier.]

– Le romancier et critique Marc Lambron signe également son grand retour avec un témoignage intime, Tu n’as pas tellement changé. Lors du débat sur le mariage homosexuel, l’égérie de la Manif’ pour tous, Frigide Barjot, a dévoilé à la presse son amour de jeunesse pour un jeune homosexuel décédé du sida. Près de dix ans après cette disparition, le frère aîné de la victime publie le récit de son deuil. [Marc Lambron, Tu n’as pas tellement changé, Grasset, parution le 3 janvier.] On adhère ! [rating=5]

– Poursuivons ce tour d’horizon avec le coup de cœur de la rédaction : La petite communiste qui ne souriait jamais. L’écrivaine et chanteuse Lola Lafon revient sur la trajectoire de la gymnaste qui a hypnotisé la planète entière : Nadia Comaneci, près de 40 ans après le choc mondial des JO de 1976. Original et poignant. [Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais, Actes Sud, parution le 8 janvier.] Note de la rédaction : [rating=5]

– On mentionnera enfin Feu pour feu de Carole Zalberg. Après le succès d’À défaut d’Amérique, la question de l’exil et de l’immigration continue de hanter l’auteur, mais elle change de calibre. Aussi léger qu’un bagage qu’on peut porter sur un long chemin, Feu pour feu s’impose comme un monologue essentiel. [Carole Zalbert, Feu pour feu, Actes Sud, parution le 8 janvier.] Note de la rédaction : [rating=3]

Coup de mou à l’étranger ?

Cocorico ! La rentrée de janvier consacre le triomphe du Made in France : seuls 195 romans étrangers tiennent tête aux 352 titres français. Quelques belles plumes font tout de même leur rentrée :

– La rédaction ne saurait trop vous recommander l’excellent Chardonneret de Donna Tartt. Après Le maître des illusions et Le Petit copain, l’épaisseur et la finesse psychologique sont au rendez-vous dans ce dernier roman, qui relate le parcours initiatique tragique d’un adolescent confronté au décès de sa mère. [Donna Tartt, Le chardonneret, trad. Edith Soonckindt, Plon, parution le 9 janvier.] Note de la rédaction : [rating=5]

– Bon point également pour Opération Sweet Tooth d’Ian McEwan. L’auteur britannique d’Amsterdam et de l’Enfant volé est de retour avec un vrai-faux thriller d’ambiance guerre froide, bondé d’humour et de psychologie. Un vrai régal. [Ian McEwan,  Opération Sweet Tooth, trad. France Camus-Pichon, Gallimard, « Du monde entier », parution le 9 janvier. Note de la rédaction : [rating=5]

Nouvelles recrues à l’horizon : 

La rentrée de janvier est enfin marquée par une recrudescence de nouveaux talents : 60 premiers romans sont programmés en début d’année 2014, contre seulement 45 l’an passé.

– On mentionnera tout d’abord la révélation de cette rentrée littéraire : Edouard Louis. En finir avec Eddy Bellegueule retrace le parcours chaotique d’un jeune homme efféminé dans une famille ouvrière de Picardie. Confronté aux brimades de ses parents et camarades, Edouard n’a d’autre choix que la fuite ; une quête de lui-même qu’il analyse avec brio : « En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Très vite j’ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre. » [Edouard Louis. En finir avec Eddy Bellegueule, Seuil, parution le 3 janvier.]

– Autre sortie fortement plébiscitée par la presse : six ans après son essai Voix off, couronné par le prix Fémina, Denis Podalydès nous livre son premier roman. Fuir Pénélope met en scène un jeune comédien dont le quotidien bascule lorsqu’un réalisateur grec l’engage pour tourner dans son film. Un récit prometteur. [Denis Podalydès, Fuir Pénélope, Mercure de France, parution le 9 janvier.]

– Clôturons ce tour de table avec le premier roman du peintre, dessinateur et musicien Ludovic DebeurmeOcean Park relate la trajectoire de deux enfants abandonnés, dont l’un devient SDF et l’autre prédateur sexuel. Utopie, fantaisie et étrangeté composent un univers captivant, dans la veine du réalisme fantastique. [Ludovic Debeurme, Ocean Park, Alma, parution le 23 janvier.]

Retrouvez tous les coups de cœur de la rédaction dans notre rubrique Livres !

Visuels : © Couvertures officielles. A la une : blog de Soledad, http://www.blogdesoledadbravi.com.

[Critique] L’Assommoir au Théâtre du Nord : Zola pour les Nuls !
[Critique] une « Phèdre » incandescente sous les voûtes du Théâtre de Nesle
Céline Duverne

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture