Fictions
« Peau vive » : Gérald Tenenbaum continue d’interroger la mémoire

« Peau vive » : Gérald Tenenbaum continue d’interroger la mémoire

29 octobre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Gérald Tenenbaum nous avait touchés et captivés par la ,manière dont sa plume interroge la mémoire dans l’Ordre des jours (eho,2008) et Souffles couplés (eho, 2010). Situé à la lisière de la chute du mur de Berlin, Peau vive (La Grande Ourse, 2014) fonctionne également comme un étonnant puzzle de souvenirs. 

[rating=4]

peau vive - tennenbaumBiologiste qui a du mal à entrer en contact avec les autres, Eve a survécu à un attentat dans un cinéma du quartier latin. Soutenue par quelques proches très présents, elle se remet. Contre toute attente, une fois sur pied, elle se rend seule dans le Berlin encore divisé de l’année 1988. Un lieu mythique qui est aussi un chemin de libération.

De structure complexe et laissant beaucoup de place à l’ellipse et au mystère, Peau Vive fonctionne à la fois comme une thérapie et une enquête, une fantaisie et une quête; Mystérieuse et en même temps très solide, la figure d’Eve fascine au point de devenir une obsession. Le puzzle de mémoire avance doucement révélant des souvenirs enfouis …

Gérald Tenenbaum, Peau vive, Editions de la Grande Ourse, 240 p., 18 euros.

In Bus With Shaka Ponk : la tournée continue chez Deezer !
L’interview stroboscopique : Talisco
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture