Fictions

Ohran Pamuk : La femme aux cheveux roux

Ohran Pamuk : La femme aux cheveux roux

24 avril 2019 | PAR Jean-Marie Chamouard

Ohran Pamuk a reçu le prix Nobel de Littérature en 2006. IL nous offre dans ce livre un récit initiatique passionnant et il explore les difficultés de la relation père- fils ainsi que les contradictions de la Turquie contemporaine.

Cem, le narrateur est un lycéen de 17 ans habitant Istanbul, qui souhaite devenir écrivain. Son père, pharmacien, a disparu. Pendant les vacances il fait la connaissance d’un puisatier, Maitre Mahmud. Il devient apprenti et ils partent ensembles creuser un puits à la campagne près d’Önrögen. Maitre Mahmud s’occupe de lui comme son père ne l’a jamais fait. IL est à la fois ingénieur et conteur. Il raconte des histoires traditionnelles issues du Coran et ils échangent sur l’Œdipe roi de Sophocle. A Öngören il aperçoit plusieurs fois « la femme aux cheveux roux », qui est actrice dans une compagnie de théâtre ambulant .Leurs regards se croisent et Cem devient amoureux. Au fil des jours la tension et l’angoisse s’installent : malgré le creusement toujours plus profond du puits, l’eau n’apparait pas. Il découvre l’amour avec la femme aux cheveux roux puis survient l’accident qui laisse maitre Mahmud au fond du puits. Cem rejoint alors Istanbul rempli d’angoisse et de culpabilité. Il reprend ses études, devient ingénieur puis un riche entrepreneur. IL se marie mais ne peut avoir d’enfant .A Téhéran, il découvre un très vieux livre persan « Le Livre des Rois » et le mythe de Rostam qui a tué son fils Sohrab, qu’il ne connaissait pas. Il reste hanté par l’accident et par la femme aux cheveux roux jusqu’à ce qu’il soit rattrapé par son passé. Il revoit alors Önrögen, la femme aux cheveux roux et le puits . C’est auprès de ce puits situé maintenant dans une usine désaffectée que surviendra le drame. La confession de la « femme aux cheveux roux » à la fin du roman éclaire ce drame et le poids du destin.

Ohran Pamuk a écrit un roman très bien construit, riche en suspense et en rebondissements. C’est un livre sur la filiation, la transmission et l’absence du père. Des rapports de grande tendresse, mais aussi d’autorité et de dureté s’installent entre le maitre et son apprenti. Les apparitions fugaces de la femme aux cheveux roux semblent quelque peu irréelles mais sont très poétiques. La beauté est très présente dans le texte : beauté de la nature, beauté des gestes techniques, beauté des contes et légendes. L’eau a une importance primordiale et le métier de puisatier était alors vénéré. La nature très présente au début du livre doit ensuite s’effacer devant l’expansion de la mégapole qu’est devenue Istanbul.

L’impossible paternité est le fil conducteur du livre. Le récit est imprégné par le mythe d’Œdipe et celui inversé de Rostam. Pour Cem, Maitre Mahmud représente l’autorité paternelle et la femme aux cheveux roux est aussi une figure maternelle. Mais l’absence du père est tout aussi importante pour Cem. La souffrance vient d’une paternité dévoyée soit par une autorité paternelle excessive soit par la défaillance ou l’empêchement de la paternité comme dans le mythe de Rostam. Ces difficultés de la paternité résonnent avec celles de la société turque tout entière et avec la situation politique du pays. L’excès d’autorité renvoie au conservatisme religieux et politique, la défaillance paternelle à la modernité et à l’individualisme .Les tensions entre les deux mythes d’Œdipe et de Rostam symbolisent donc les lignes de fracture de la Turquie contemporaine. Seul Maitre Mahmud avait peut être réussi une paternité équilibrée.

Ohran Pamuk offre au lecteur un roman captivant et une réflexion sur la paternité et sur la Turquie contemporaine.

Ohran Pamuk, La femme aux cheveux roux, Gallimard, 298 pages, 21 euros, sortie en Mars 2019.

visuel : couverture du livre

« Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée », une modernisation réussie de Musset
William Marx a été élu au Collège de France
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *