Fictions
Nicole Krauss : Etre un homme

Nicole Krauss : Etre un homme

18 juin 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

L’écrivaine et poétesse Nicole Krauss dépeint, dans ce recueil de dix nouvelles, des moments de rupture lors de l’existence. Des moments douloureux, mais souvent féconds qui seront propices à une renaissance.

« Cela fait trente ans que je n’ai pas vu Soraya ».Soraya était son amie d’adolescence. Elle a disparu de la vie la narratrice, mais lui a appris l’audace, les jeux de pouvoir, la vulnérabilité aussi. Les nouvelles de ce livre se partagent principalement entre New-York et Tel Aviv. Elles ont en commun la séparation, le deuil, la perte mais ces moments douloureux seront décisifs. Dans la nouvelle « Zoucha sur le toit » Brodman est revenu à la vie, « éclairé par la sagesse des morts», pour éduquer son petit fils qui vient de naitre. Cette homme pense avoir échoué à devenir lui-même, « avoir été broyé par le devoir », et souhaite éloigner son petit fils de la tradition judaïque. Noa est seule en Californie après le divorce de ses parents. Elle va vivre une journée décisive alors que la ville est encerclée par de gigantesques incendies. Dans « Amour » le contraste est saisissant entre l’éloge de la bienveillance, de la prévenance et les barbelés d’un camp de réfugié où se situe le récit. Contraste aussi dans « Jardin » entre la beauté d’un parc botanique et sa profanation par les militaires d’une dictature sud-américaine. L’auteure, en particulier dans « Etre un homme » explore aussi les relations amoureuses, le couple, le besoin de liberté.

Si la perte est au cœur de ses nouvelles, Nicole Krauss y décrit des moments de vie qui sont un passage décisif vers l’avenir. Dans la nouvelle « La fin des temps », les incendies sont le symbole de la destruction « d’un ordre ancien qui fera place au suivant ». La tradition hébraïque est très présente dans le livre et ses rites imprègnent l’existence des personnages. La dimension biblique est manifeste dans la magnifique nouvelle « Ershadi », l’acteur du film de Kiarostami : « Le goût de la cerise ». Le visage de l’acteur fascine Romi et son amie : il exprime l’homme au bord du désespoir mais il symbolisera dans le film comme dans le récit de Nicole Krauss, une renaissance. La belle écriture de l’auteure distille une douce mélancolie, une atmosphère poétique. Les récits jouent sur les contrastes, ils sont parfois mystérieux comme pour Llana qui voit apparaitre un mari. Nicole Krauss réussit parfaitement à intriguer le lecteur avec ce mari venu de nulle part qui va bouleverser la vie familiale.
Le talent de Nicole Krauss s’exprime pleinement dans ce recueil de nouvelles Le lecteur appréciera ces récits variés, contrastés, sensibles qui décrivent avec finesse les contradictions de l’âme humaine.

Nicole Krauss, Etre un homme, Editions de l’Olivier, 270 pages, 22Euros, 50, sortie le 12 mai 2021. 

visuel : couverture du livre

Qui va Piano, va sano soir 1 : de Feu Chatterton à Eddy de Pretto dans un Saint-Eustache intime
Dans les coulisses de « Ouh là l’Art » avec Move On Productions
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture