Fictions
Ludmila Oulitskaïa : Le corps de l’âme

Ludmila Oulitskaïa : Le corps de l’âme

30 mai 2022 | PAR Jean-Marie Chamouard

« Le corps de l’âme » est un recueil de nouvelles et de courts récits. L’immense écrivaine russe Ludmila Oulitskaïa y décrit à travers des histoires simples de la vie quotidienne, la profondeur de l’âme humaine. Sa quête de spiritualité pourrait apparaitre comme son testament.

Des histoires émouvantes

«Je n’en veux pas d’autres…». Ludmila Oulitskaiä débute par un poème en hommage à ses amies. Elle raconte ensuite quatre histoire de femmes.
Zarifa est Azérie, Moussia est Arménienne. Elles se sont mariées, 12 ans auparavant, à Amsterdam. Quand Zarifa tombe gravement malade, elle demande à son frère de lui apporter « le dragon ». « Le Dragon et le Phénix » est un linceul, « symbole de l’affrontement entre arméniens et azéris soudés dans un anneau indissoluble ». L’anneau qui accompagne les adieux de deux âmes qui s’aimaient.
Alice a toujours été célibataire. A la retraite elle veut préparer sa mort et demande de l’aide à un médecin, Alexandre Efimovitch. Elle lui confie sa mort mais aussi son âme, trouvant grâce à lui, amour et raisons de vivre.
Lilia épouse le fiancé choisi par sa mère, un mathématicien kurde irakien mais elle quittera la Russie définitivement, perdant une partie de son âme.
« Bénies soient ceux qui … » est une prière, retrouvée dans une église italienne et traduite en Russe par une mère, grande intellectuelle mais absente pour ses filles. Une prière qui les exaspéra mais qui permettra à Lydia et Nina de se retrouver après le décès de leur mère .
Tolik, cet enfant solitaire, se passionnera pour la photographie, passion qui le conduira à une communion avec la nature.

Vers un ailleurs…

« Nous en savons plus sur le corps que sur l’âme » écrit Ludmila Oulitskaïa en préambule de ce recueil de nouvelles et de courts récits. Explorer l’âme humaine, aborder la spiritualité, l’écrivaine russe le fait avec beaucoup de délicatesse et de finesse psychologique. Elle raconte des histoires simples souvent touchantes et empreintes de tendresse. Des histoires dans lesquelles l’âme des personnages se dévoile peu à peu, comme une ombre insaisissable. Ce livre est aussi la quête d’un ailleurs, le voyage vers un autre monde. L’auteure fait appel pour cela au fantastique comme lorsque Sonia se transformera en papillon et rejoindra le monde des âmes errantes. La flûte magique de Volia conduit à un monde inconnu, «de plénitude et d’un temps infini». Un monde merveilleux que rejoindra aussi Nadiedja au terme d’une curieuse maladie « la Serpentine » qui lui avait fait perdre la mémoire. Le désir de transcendance et de spiritualité de l’auteure apparaît donc en rupture avec la rationalité et avec le matérialisme soviétique.
Ludmila Oulitskaïa aborde de manière imagée, poétique, ses questionnements métaphysiques. Peut être cherche t’elle aussi à retrouver l’âme ancestrale de la Russie ? Ses textes gardent un parfum de mystère et le lecteur pourra s’y plonger avec plaisir.

Ludmila Oulitskaïa, Le corps de l’âme, Gallimard, 205 pages, 18 Euros 50, sortie le 8 Avril 2022.
visuel (c) Couverture du livre

Parsifal à Bastille : Jones divise dans un opéra où l’orchestre domine
L’agenda de la semaine du 30 mai
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture