Fictions
Les nouveaux robinsons: entrez dans le monde fantastique de Ludmila Petrouchevskaïa

Les nouveaux robinsons: entrez dans le monde fantastique de Ludmila Petrouchevskaïa

28 octobre 2013 | PAR Alice Dubois

[rating=3]

Auteure russe née en 1938, Ludmila Petrouchevskaïa publie son premier ouvrage en 1972 et se voit dès lors victime de la censure du régime communiste . S’en suivent dix années d’interdiction de publication pendant lesquelles elle gagnera sa vie comme journaliste. Ce n’est qu’à la chute de l’URSS qu’elle se met à connaître un très grand succès littéraire. Considérée aujourd’hui comme un des grands écrivains russes contemporains grâce à ses romans, pièces de théâtre et scénarios, Ludmila Petrouchevskaïa est aussi reconnue pour ses nouvelles originales. D’abord publiées dans des magazines russes, les nouvelles qui composent le recueil Les nouveaux robinsons, publié ce mois-ci chez Christian Bourgois, reflètent une vision du monde très particulière, entre féerie et réalisme social.

Les nouveaux robinsonsLes nouvelles présentées sont parmi les plus célèbres de l’auteure. Sorte de contes fantastiques qui effraient par leur réalisme troublant, ces récits nous plongent tous dans le quotidien de soviétiques ordinaires. Nous voilà au coeur d’existences difficiles, tristes et contraintes à la survie par un régime totalitaire. Entre violence de la solitude, banalité de la mort et désespoir de la pauvreté, tous les personnages se voient confrontés brusquement à des situations étranges, porteuses d’espoir.

Cet univers trouble où les petites gens sont à l’honneur offre une magnifique tribune à l’auteure pour raconter la dure réalité d’une époque. En quatre chapitres aux noms évocateurs comme Chants des slaves de l’Est ou Contes de Fées, Ludmila Petrouchevskaïa raconte la monstruosité des guerres, les épidémies réelles ou fictives qui gangrènent les individus, l’âpreté des rapports humains, la mort et les vengeances. Courtes, parfaitement construites, au croisement de deux mondes, ces nouvelles fantastiques et cocasses, si elles font froid dans le dos, ne manquent pas d’humour et sont une parfaite introduction au monde si singulier de cette grande dame de la littérature russe.

Les nouveaux robinsons de Ludmila Petrouchevskaïa. Traduit du russe par Macha Zonina et Aurore Touya. Editions Christian Bourgois. Parution: 3 octobre 2013. 184p. Prix: 15€

 

Sylvester Stallone expose ses tableaux à Saint-Pétersbourg
Le Prix Bullukian illustre les plasticiens résidant en France
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *