Fictions
« Les mémoires d’un chat » d’Hiro Arikawa : voir la vie côté félin

« Les mémoires d’un chat » d’Hiro Arikawa : voir la vie côté félin

16 juin 2017 | PAR Marine Stisi

Les Éditions Actes Sud publient Les mémoires d’un chat, un roman d’une douceur touchante de la japonaise Hiro Arikawa. Avec finesse, légèreté et humour, l’autrice nous fait voir la vie d’un jeune Tokyoïte à travers les yeux de Nana, son chat…

[rating=5]

Nos amis les chats

Compagnons fidèles sous leurs faux airs, les chats sont partout et ce, depuis des siècles. Si on dit du chien qu’il est le meilleur ami de l’homme, le chat, bien que plus distant, fait lui aussi preuve d’une fidélité bouleversante. Allongés paisiblement sur une table, un muret, de préférence en hauteur pour analyser la situation, que se passe-t-il exactement dans la tête de ces félins qu’on adore ou qu’on déteste ? Que doit-on comprendre de ces ronronnements parfois bruyants, de ces queues qui tout à coup triplent de volume, de ces dos qui se courbent ou de ces regards inquisiteurs ?

Les chats, comme tous les animaux, possèdent leurs propres langages corporels et c’est en utilisant cette langue-là qu’Hiro Arikawa, connue au Japon pour ses light novels, romans légers et illustrés, s’adresse à ses lecteurs.

À la rencontre de Nana

Nana était un chat errant, chat de gouttière devant l’éternel qui ne craignait ni le froid ni la neige. Pourtant, quand il se casse la patte, il ne refuse pas l’aide de Satoru, jeune homme indépendant et énigmatique. Ils se font confiance presque tout de suite, deviennent amis, s’adoptent mutuellement et naturellement. Pourtant, Nana doit désormais se faire une raison : après cinq années de bonheur, Satoru est contraint de se séparer de lui. On ne nous explique pas pourquoi mais malgré tout l’amour que Satoru porte à son compagnon, il a pris sa décision car il n’a pas le choix.

Du Mont Fuji à l’île d’Hokkaido, Satoru et Nana vont rendre visite à plusieurs parents adoptifs potentiels pour le petit chat espiègle, amis de Satoru et témoins de sa vie. Et c’est grâce à ces voyages que le lecteur, progressivement, découvre qui est Satoru, quels furent sa vie, ses amours, ses peines et ses douleurs. D’une plume profondément jolie et douce, Hiro Arikawa nous transporte, à travers les yeux innocents et poétiques du petit félin, au cœur d’une très belle histoire, profondément humaine.

Hiro Arikawa, Les mémoires d’un chat, Editions Actes Sud, 22€, 336 pages.

Date de parution : 7 juin 2017

Visuel : © DR

Les aberrations optiques de Steven Pippin au Centre Pompidou
« Le Rêve de Ryôsuke », Durian Sukegawa : une quête de soi au bout du monde
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

One thought on “« Les mémoires d’un chat » d’Hiro Arikawa : voir la vie côté félin”

Commentaire(s)

  • Pour l’avoie lu, ce livre est vraiment très bien, on s’y plonge rapidement et on ne voit pas les pages défiler !

    août 3, 2017 at 10 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *