Fictions
« Le gardien de nos frères », Guerre, fraternité et résilience par Ariane Bois

« Le gardien de nos frères », Guerre, fraternité et résilience par Ariane Bois

27 décembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Le quatrième roman de la reporter et critique Ariane Bois touche à la jeunesse juive et résistante de la Seconde Guerre et parle surtout de l’Après-guerre. Le Gardien de nos frères est un livre très documenté mais qui peine à émouvoir. 

[rating=3]

Entrée en résistance, blessé au maquis et survivant, Simon ne retrouve pas ses parents et sa soeur quand il rentre chez lui dans leur appartement parisien vidé. En revanche, il ne renonce pas à retrouver son petit frère Elie, probablement adopté et caché par une famille française non-juive. Il entre dans un service spécial des jeunesses juives d’après-guerre chargé de retrouver ces enfants cachés et de les rendre aux familles. Au cours de ce nouvel engagement, il rencontre l’amour de sa vie : la secrète Lena, survivante du ghetto de Varsovie.

Qu’il s’agisse du ghetto de Varsovie, des vrais ou faux certificats de baptême effectués par Notre-Dame de Sion ou de la vraisemblance psychologique des personnages : tout y est. Ariane Bois a lu une bibliographie impressionnante et s’est imprégnée à fond de son sujet avant de livrer, dans un joli français, un récit parfaitement ficelé. Mais peut-être trop studieux et respectueux de faits historiques si à vif et si douloureux, le roman est un peu trop sage pour toucher et étonner. Les personnages manquent de violence, de personnalité et d’originalité dans ce courageux exercice de style qui manque l’essentiel qu’un tel type de roman peut proposer : une émotion unique et authentique. Dommage!

Ariane Bois, Le gardien de nos frères, Belfond, 400, 19 euros. Sortie en janvier 2016.

visuel : couverture du livre

[Critique] « A peine j’ouvre les yeux » espoirs et frustrations de la jeunesse tunisienne
Majestueux Zao Wou-Ki à la Fondation Pierre Gianadda
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “« Le gardien de nos frères », Guerre, fraternité et résilience par Ariane Bois”

Commentaire(s)

  • rives

    Magnifique voyage à travers ce roman bouleversant. Très émouvant pour moi, petite nièce d’une résistante qui,à 20 ans faisait passer des familles juives en Espagne par le col de Nuria dont la famille de Jean Ferrat. Merci à Ariane Bois pour cet hommage

    juin 18, 2016 at 13 h 39 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *