Fictions
« Lazare mon amour », Gwenaëlle Aubry entre dans l’intimité de Sylvia Plath

« Lazare mon amour », Gwenaëlle Aubry entre dans l’intimité de Sylvia Plath

22 décembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Les éditions L’Iconoclaste publient le texte sur lequel s’appuie le spectacle Lazare mon amour. Un texte fin et fort qui permet d’entrer dans le laboratoire intérieur, écorché et créatif, de la poétesse américaine Sylvia Plath.

[rating=3]

Elle est belle, élégante, talentueuse et elle a épousé le plus grand poète anglais de son temps. Et pourtant, la violence de son suicide à 30 ans fait encore couler beaucoup d’encre.

Gwenaëlle Aubry fait revivre cette « Lady Lazarus » depuis ses blessures d’enfance à la fin, en passant par la première chute qui donnera lieu à la Cloche de détresse et les affres d’une femme au foyer ayant peur de disparaître derrière les choux, les casseroles, les enfants, pendant que son mari arpente les sentiers glorieux de la création. Un beau texte, sont la force mais peut-être aussi la faiblesse trop respectueuse est que les mots de l’auteure semblent imbibés de la musique des poèmes de Sylvia Plath.

Gwenaëlle Aubry, Lazare mon amour
, L’Iconoclaste, 80 p., 15 euros. Sortie le 13 janvier 2016.

visuel : couverture du livre.

« Calme toi, Lison » : Jean Frémon donne voix à Louise Bourgeois
Le célèbre plasticien français, Jean-Luc Vilmouth est décédé
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *