Fictions

La colère de Kurathi Amman de  Meena Kandasamy

La colère de Kurathi Amman de Meena Kandasamy

04 octobre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

La Colère de Kurathi Amman est le premier roman de Meena Kandasamy. Entre rage contenue, lyrisme et humour grinçant, l’auteure nous donne un aperçu des forces qui ont contribué à la création de l’Inde moderne.  Le livre constituera pour beaucoup une première plongée dans une littérature indienne où le prosaïque sait faire oeuvre littéraire.

Meena Kandasamy (née en 1984) est une jeune poétesse indienne et une militante, fille de militant. Son oeuvre est concernée par le féminisme et le mouvement anti-castes Caste Annihilation. Son premier roman n’échappe pas à ce combat politico-littéraire. Le livre parle d’un massacre. Il raconte l’exploitation des terres et des hommes, l’entrisme opportuniste du communiste et l’impossible insurrection des intouchables condamnés par le système de castes.

En 1968, étouffés par le rigide système de castes, des paysans exploités jusqu’à l’esclavage lancent des mouvements de protestations. Le 25 décembre un drame aura lieu, le massacre de 44 habitants d’un village perpétré par les propriétaires terriens.

De cette réalité tragique Meena Kandasam veut rendre compte. Elle nous invite chez elle dans une Inde méconnue, au sein d’un système de pensée aux paradigmes différents. Elle joue avec nous et notre curiosité d’exotisme lorsque par exemple elle s’amuse à lister les personnages avec leur patronyme indiens à vingt syllabes, impossibles à mémoriser. Elle nous saisit en nous agaçant. Elle joue sa partition de citoyen du tiers monde sans victimisation mais sans compromis et toujours avec une généreuse volonté de nous emmener avec elle.

Parallèlement elle nous livre ses réflexions sur l’art du roman. Elle l’affirme : elle a voulu écrire un roman postmoderne. Astucieuse elle a souhaité cataloguer l’inclassable car son roman est  totalement déconcertant, déstabilisant et toujours fort d’un humour intelligent et fin.

La lecture en est une expérience unique. L’auteure, savante et lettrée connait son art et ose tout déconstruire, sans cesse. Elle tourne autour de son sujet et elle tourne autour de nous. Nous ne savons plus si elle est l’écrivaine qui nous a écrit ce texte ou lorsqu’elle nous apostrophe en nous tutoyant, si elle est notre complice en lecture qui nous parlerait dans l’instant. Son mode de récit casse le traditionnel décalage des temps logiques et parfois, c’est magique, nous sommes à discuter avec elle dans un ici et maintenant fabriqué par sa plume. La modalité est exigeante pour le lecteur; il faudra parfois poser le livre, pratiquer une pause puis replonger avec gourmandise dans cet objet littéraire intriguant mais savoureux, bouleversant et très drôle. Objet incontournable car il est un premier roman, un aîné.

La Colère de Kurathi Amman
Meena KANDASAMY
Traduit par Carine CHICHEREAU
272 pages
20,90 €

Disparition du chanteur et guitariste Tom Petty
Musiciens en herbe, postulez au «Gonzervatory»!
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *