Fictions

« Intérieur nuit », Marisha Pessl livre un thriller cinématographique

« Intérieur nuit », Marisha Pessl livre un thriller cinématographique

14 août 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après le succès planétaire de la Physique des catastrophes, l’auteure new-yorkaise Marisha Pessl poursuit dans la veine du thriller initiatique. Très cinématographique et documenté comme une enquête journalistique, Intérieur nuit est un roman épais et mystérieux dans lequel on plonge volontiers…

[rating=4]

Fille d’un réalisateur culte auquel de nombreux fans vouent un culte, Ashley Cordoba est retrouvée morte la vingtaine à peine entamée dans un entrepôt de la banlieue newyorkaise. Reporter fasciné par le papa à qui la dernière enquête sur la famille a coûté très cher, Scott McGrath se lance immédiatement dans l’enquête. Mais il abandonne très rapidement le rôle de loup solitaire pour se laisser imposer l’aide de deux jeunes attachants : un camarade de colo d’Ashley et une toute jeune femme qui faisait le vestiaire dans le dernier club où Ashley s’est rendue avant de mourir et a laissé son manteau. Qui était la jeune-femme, magnifique, étrange et pianiste virtuose? Magie noire ou aura blanche : McGrath et ses acolytes vont découvrir bien des choses sur eux-mêmes en se mettant sur la piste d’Ashley Cordoba.

S’appuyant à temps sur les clichés du genre (le vieux détective divorcé et désenchanté, par exemple), Marisha Pessl nous convie à suivre la brillante « fille de » et à découvrir les causes de sa mort dans un Manhattan magnétique, objet de rêves et de fantasmes, dont on ressent toutes les énergies. Si le livre est très épais, les documents pêchés par les personnages sur le net souvent plus décoratifs qu’utiles, et si les dizaines de pages dédiées à la magie relèvent plus d’un travail de recherche que du roman, les personnages sont attachants et leur « mise en scène » par l’écriture très agréablement cinématographique. Il y a du New-York dans ce roman mais aussi un regard vers l’Amérique latine, vers Manuel Puig ou Roberto Bolano, quand ils savent mêler marelles, clichés de ciné et révélations de psychés. Un essai reposant sur un travail considérable et agréable à suivre mais qui mériterait tout de même d’être un peu élagué pour constituer un véritable coup de maître.

Marisha Pessl, Intérieur nuit, trad. Clément Baude, Gallimard, 720 p., 24.90 euros.

visuel : couverture du livre et Photo Catherine Hélie © Éditions Gallimard

Rihanna rejoint le jury de The Voice US.
Playlist de la semaine (126)
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *