Fictions
« Il était une ville », Thomas Reverdy se penche sur les friches de Detroit

« Il était une ville », Thomas Reverdy se penche sur les friches de Detroit

28 juillet 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après Fukushima dans le magnifique roman Les évaporés (prix Joseph Kessel), Thomas Reverdy se penche sur une autre catastrophe : la ruine de Detroit, ville du Midwest qui a pris de front la crise de l’automobile, au point, de récemment vouloir vendre les collections de son musée pour payer sa dette. Reverdy pose son stéthoscope littéraire sur le pouls affaibli de la ville en 2008. 

[rating=3]

A Détroit, alors que le petit Charlie, élevé par sa grand-mère disparaît, Eugène, un ingénieur français venu superviser un projet automobile est choqué par la tristesse, la ruine, l’absence de futur et de perspective qu’offre désormais Detroit. Une ville-fantôme qui fait des victimes…

Avec la poésie qu’il avait sur manier ppur parler du Japon de Fukushima, Reverdy saisit les fantômes de la ville de Detroit. Dans le roman, l’absence du futur est aussi hantante que le passé plus glorieux d’une ville qui comptait parmi les grandes capitales industrielle de la première puissance du monde. A la manière d’un Jarmusch dans Only Lovers Left alive (2013) Reverdy saisit, à travers divers points de vue, les fantômes d’une civilisation qui se meurt.

Thomas B. Reverdy, Il était une ville, Flammarion, 272 p., 18 euros. Sortie le 19 aout 2015.

« Candice, comme Framboise, appartenait à cette génération perdue grandie trop tard dans une ville où, petit à petit, tout s’était cassé la gueule. La gare centrale des voyageurs du Michigan avait fermé d’abord, puis ce firent les dancings, les hôtels, les sièges de sociétés, les immeubles de services et les centres commerciaux. Et puis, évidemment, ce furent les gens qui sont partis. Et ceux qui restaient, ceux qui n’étaient pas armés pour quitter la ville,n’étaient pas mieux armés pour rester non plus » p. 216

visuel  couverture du livre.

« Comme Ulysse », Lise Charles dépeint un long voyage
L’architecte Zaha Hadid ouvre un musée dans le massif des Dolomites
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *