Fictions
Haute époque: Jean-Yves Lacroix raconte sa fascination pour Guy Debord

Haute époque: Jean-Yves Lacroix raconte sa fascination pour Guy Debord

21 août 2013 | PAR Alice Dubois

[rating=2]

Jean-Yves Lacroix, libraire spécialisé en livres anciens et traducteur, publie aux éditions Albin Michel son deuxième ouvrage, Haute-époque. Après, Cure-dent (Allia, 2008), biographie romancée du savant et poète perse du XIème siècle Omar Khayyam, l’auteur s’attache ici à la figure du célèbre Guy Debord et à sa propre fascination pour le personnage. Un récit autobiographique original qui nous entraine sur le chemin épineux de l’obsession et de l’identification. 

HauteEpoque

Enfermé en cellule de dégrisement pour conduite en état d’ébriété, un libraire parisien se retrouve subitement nez à nez avec Guy Debord, philosophe fondateur du mouvement International situationniste et auteur du célèbre La Société du spectacle. Nous sommes le 1er décembre 1994. Seul hic, c’est que tous les biographes s’accordent depuis à dater sa mort au 30 novembre… Détail technique qui ne découragera pas notre libraire, voyant dans cette rencontre insolite un signe du destin. Egaré, en quête d’identité, notre héros va alors s’engager dans une enquête effrénée et douloureuse sur les traces de celui qu’il envisage comme son double.

Approchant le cercle très fermé des situationnistes, collectionnant les témoignages et les pièces rares, il ira au- delà des apparences chercher l’homme qui se cache derrière le mythe. Par un jeu de miroirs, c’est aussi et surtout sa propre existence qu’il tentera de mieux comprendre.

Ce premier roman séduit par son originalité et par l’humour cinglant de l’auteur. Dans une interview donnée récemment à la librairie Mollat de Toulouse, Jean-Yves Lacroix affirme simplement: « C’est ma vie » car sa rencontre avec Guy Debord a véritablement bouleversé son existence. Bien sûr, si vous êtes de ceux qui pensent que Guy Debord n’était qu’un fumiste sans intérêt…vous vous ennuierez profondément ! Si vous êtes simplement curieux ou fervent partisan, vous en apprendrez de belles sur cette figure controversée, marquée au fer rouge par l’érudition et l’excès.

Haute époque de Jean-Yves Lacroix,

Editions Albin Michel

Parution le 21 août 2013

158 p.,Prix: 15€

ISBN: 978-2-226-24980-7

[Chronique] « Racine Carrée » de Stromae : audacieux et densifié
Troisième édition du festival Scène sur Sambre les 30 et 31 aout avec Raphaël, Alex Hepburn et Pegasus
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

One thought on “Haute époque: Jean-Yves Lacroix raconte sa fascination pour Guy Debord”

Commentaire(s)

  • paul

    « On pouvait s’attendre à un livre enjoué racontant les aventures éthyliques de l’auteur et de Guy Debord (décidément à la mode depuis cette grande exposition à la BnF !) mais non, ici rien de drolatique ni de vivant. L’auteur nous raconte avec complaisance ses bonnes affaires de marchand de livres anciens, les turpitudes de son métier et ses cures de désintoxication alcoolique. Pas de quoi intéresser le lecteur à moins qu’il ne se passionne pour des cancans bien parisiens et de très petits riens. Cette « Haute époque » est décidément bien minuscule ! »
    Voilà le commentaire d’un lecteur sur le site Amazon.fr et j’y souscris volontiers. J’ajoute que ce libraire de livres anciens fait de lui-même un portrait antipathique puisqu’il n’hésite pas à cracher dans la soupe qui l’a nourri.
    Il y a heureusement d’autres livres à lire en cette rentrée !

    août 26, 2013 at 8 h 36 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *