Fictions

Guyette Lyr : « Lui à deux pas de moi » Ou l’éloge de la paternité.

Guyette Lyr : « Lui à deux pas de moi » Ou l’éloge de la paternité.

29 janvier 2020 | PAR Jean-Marie Chamouard

Dans son nouveau roman Guyette Lyr rapporte le destin tragique d’une famille rurale emportée par une modernité subie et par une promotion sociale trop rapide. Elle décrit une magnifique relation entre Martin et son père et dresse un éloge de la paternité.

La fierté. Ce sentiment domine le début du roman de Guyette Lyr. La fierté de Martin, sept ans, pour son père Roger Vialle qui paraît fort, rassurant, généreux. Ils forment une famille unie avec sa mère, la belle Marguerite, Jeannette sa sœur et Pauline sa Grand-mère. Le lieu : une petite ferme à Baïze un village près de la mer. Nous sommes en 1989, une sourde menace plane sur ce bonheur et cette harmonie. Elle vient de la ville et prend les traits de Revers, l’ami d’enfance de Roger. Une lettre d’embauche, et ils emménagent en périphérie de la ville dans « un appartement de patience ». Roger est très apprécié à l’usine, Marguerite très adaptable. Ensemble, ils apprivoisent la ville et la promotion sociale se précise. Ils habitent maintenant dans un « endroit qui place ».L’ascension sociale est rapide. Malgré les avertissements de Pauline, c’est l’engrenage pour la famille Vialle avec les achats excessifs, le manque d’argent, les absences répétées de Marguerite. Le fil familial se dévide, pour la première fois le Grand Vialle semble ployer. La fin du roman ménage une surprise : le père est victime d’une dénonciation et le destin de Martin va basculer.

Comédienne et écrivaine, Guyette Lyr décrit ce tableau familial et social dans un style très littéraire, poétique mais sophistiqué et parfois un peu abstrait .La trame du roman apparaît en pointillé seulement et le style adopté introduit une complexité, le livre nécessitant une lecture attentive .L’auteure décrit d’abord un monde rural harmonieux et rassurant mais clos. La parentalité et surtout la paternité sont au cœur du roman. La relation entre Martin et son père sera indéfectible. Puis c’est l’histoire d’une promotion sociale un peu forcée : « L’au-dessus qui s’invite, qui entre dans notre vie et qui n’en sort pas ». La fierté ouvrière et masculine est très présente. La ruralité, stigmatisée en ville, est en fait, magnifiée dans le récit et sera une rédemption possible. La famille Vialle tente de forcer le destin, de sortir du statu quo. Cette promotion sociale, cette recherche du bonheur matériel se révèlent être un simple miroir aux alouettes. Ce livre est donc une critique de la modernité citadine présentée comme une tentation maléfique.
Guyette Lyr décrit à travers le destin de la famille Vialle une fable sociale. Dans ce roman elle déploie sa vision du bien et du mal, une vision marquée par un antagonisme fort entre le monde rural et le monde citadin, entre la tradition et la modernité.

Guyette Lyr, Lui à deux pas de moi, éditions Actes Sud, 221 pages, 19,5 euros, sortie en Janvier 2020.
visuel : couverture du livre

Agenda classique et lyrique de la semaine du 28 janvier 2020
Premier(s)pas : Nawal et Abou Lagraa se mobilisent contre la précarité des danseurs
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *