Fictions

« Frontières » : Olivier Benyahya raconte l’écriture de l’Histoire

« Frontières » : Olivier Benyahya raconte l’écriture de l’Histoire

09 janvier 2019 | PAR Yaël Hirsch

Deuxième volet de la trilogie « Engendrements » démarrée avec Lazar (Editeur Singulier, 2016), Frontières paraît ce mois de janvier chez Fayard et suit les pérégrination du mystérieux W., dans les coulisses de l’opération Plomb durci de Gaza en 2008. Un roman à clés,dans les coulisses douteux l’Histoire la plus violente. 

L’opération Plomb durci lancée par l’Etat israélien dans la bande de Gaza en 2008-2009 a pour objectif de stopper les tirs de roquettes et cause la mort de plus de 1300 palestiniens. Un rapport de Nations-Unies avance la notion de « crime de guerre ». Mais deux ans plus tard un des magistrats chargé de ce rapport se rétracte. W. est chargé d’enquêter sur les motivations de ce juge pour se rétracter. A travers la figure de l’éditeur de W., homme parisien respecté d’un certain âge, dur mais fervent défenseur d’une certaine idée de la littérature, une enquête sur l’enquêteur s’ouvre, sinueuse, traversant les temps pour faire le lien entre l’attentat de la rue des rosiers de 1982, l’opération plomb durci, les défilés anti-israéliens de l’été 2014 et peut-être même des attentats français plus récents. Alors que les personnages de Lazar et de Gruner refont surface, c’est le point de vue de celui qui relit les livres que l’on s’enfonce dans l’encre qui fixe l’Histoire…

Énigmatique et un brin paranoïaque, le texte de Olivier Benyahya s’appuie sur trois figures énigmatiques de juifs errants qui font un peu penser à du Saul Bellow, mais en mode « de plomb » où les petits soldats font les grands mensonges de l’Histoire. A peine esquissées, quelques silhouettes de femmes et le mirage de tables de café très parisiennes ne sont que rideau de fumée devant une question cruciale : la culpabilité de l’Etat d’Israël. Cette question traverse les temps à travers des réseaux ou faisceaux de trajectoires dans lesquelles l’auteur nous perd comme dans un fascinant labyrinthe. Roman à clé très documenté (la bibliographie en fin de volume est impressionnante), Frontières laisse son lecteur avec autant de questions que de sensations. 

Olivier Benyahya, Frontières, Fayard, 208 p. sortie le 2 janvier 2019. 

A noter : une rencontre-signature avec Olivier Benyahya a lieu le 10 janvier à 19h30 à la librairie, l’Utopie, 307 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris 11e

[Entretien] Alexandre Haslé, étirer l’interprétation de l’émotion au bouffon
La danse des théâtres privés
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *