Fictions
Elena Ferrante : La vie mensongère des adultes

Elena Ferrante : La vie mensongère des adultes

23 juillet 2020 | PAR Jean-Marie Chamouard

Après la saga de l’Amie prodigieuse Elena Ferrante nous offre un nouveau roman napolitain dans lequel elle décrit avec finesse et talent l’adolescence tourmentée de son héroïne Giovanna.

« Elle est entrain de prendre les traits de Vittoria ». Lorsqu’elle entend son père prononcer cette phrase, Giovanna, une adolescente de 12 ans, mal dans sa peau, est choquée . Sa tante Vittoria était laide, méchante, inspirant crainte et dégout. .Elle a été effacée des photos de famille. Pour Giovanna cette comparaison est insupportable et elle décide de rencontrer sa tante. Pour cela elle doit quitter le quartier aisé de son enfance pour aller dans le Naples populaire, inquiétant, là où l’on parle le dialecte. Elle noue une relation intense avec Vittoria, fascinée par son franc parler, sa générosité, son histoire d’amour romantique avec Enzo. Elle découvre une autre version de l’histoire familiale et fait connaissance de la famille de son père. Le mal être de Giovanna devient profond lors de la séparation de ses parents. Elle est révoltée par l’infidélité de son père et les mensonges des adultes, ressentant des pulsions destructrices. Le bracelet de sa grand-mère qui passe de main en main est devenu le symbole du désordre familial. Apparait alors Roberto, un coup de foudre, « une miraculeuse consolation ».. Elle se rapproche peu à peu de Roberto et de Guiliana sa fiancée. Elle doit se montrer digne de Roberto qui l’a trouvé belle et pourra ainsi grandir se construire.

Elena Ferrante invite le lecteur à une ballade dans l’intimité et les tourments d’une adolescente napolitaine. L’écriture est élégante, fluide, limpide. Le roman aborde la fin de l’enfance et l’adolescence avec beaucoup de finesse psychologique mais aussi de bienveillance, de tendresse pour l’héroïne. Giovanna apprend la violence de sentiments contradictoires et la coexistence du bien et du mal. Elle découvre les aspects plus sombres d’un père aimant, les causes d’une fracture familiale qui est aussi une fracture sociale et religieuse. Cette fracture parcourt également la ville de Naples, même le langage est discriminant entre ceux qui parlent le dialecte et ceux qui parlent un Italien académique. Ce fossé culturel est surtout douloureux pour Guiliana, à l’origine de son anxiété et de sa jalousie. Giovanna a découvert la vie mensongère des adultes : la fin de l’enfance sera la perte de l’innocence mais aussi le refus du mensonge.
Eléna Ferrante nous offre un roman de lecture très agréable qui est aussi une description particulièrement talentueuse de la psychologie des adolescentes

Elena Ferrante, La vie mensongère des adultes,  Trad. de l’italien par Elsa Damien, Gallimard, 404 pages, 22 euros, Sortie en Juin 2020.

visuel : couverture du livre

Jeu concours : Page des Libraires vous offre des lots pour l’été !
L’OPA de Mélina Martin: Hélène de Troie en femme d’aujourd’hui à la Sélection Suisse en Avignon au Théâtre de l’Orangerie…Genève !
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *