Fictions
« Ederlezi »: la figure intemporelle du Tzigane par Velibor Colic

« Ederlezi »: la figure intemporelle du Tzigane par Velibor Colic

09 juin 2014 | PAR Alice Dubois

Auteur bosniaque, réfugié en France depuis 1992, Velibor Colic vient de publier Ederlezi, son sixième roman, aux éditions Gallimard. Un roman fleuve, épique et enivrant qui retrace la vie d’un certain Azlan, figure symbolique du tzigane à travers l’histoire du XXème siècle.

[rating=4]

EderleziFigure de prou de l’orchestre tzigane Ploska, composé de cinq buveurs invétérés et fougueux, chantant joyeusement la tristesse si chère aux Balkans, Azlan est vu pour la première fois dans le village de StrehaÏa, au début du XXème siècle, au carrefour des empires ottoman, macédonien et Yougoslave. Personnage sans âge, mourant et renaissant à l’envi, se réincarnant sans cesse au fil du temps, Azlan va, par son existence errante raconter toute l’histoire de l’Europe du XXème siècle. Avec ses confrères musiciens, de guerres mondiales en massacres locaux, il va connaître les camps de la mort, la misère et l’exil pour atterrir finalement en 2009 dans la jungle de Calais avec les sans-papiers en fuite. Perpétuel bouc émissaire au fil des âges, victime préférée de l’Histoire, Azlan représente la figure intemporelle de celui qui n’a pas de pays.

« De mon vivant, j’étais de partout et de nulle part, j’étais tout le monde mais aussi personne ». (p16)

Tel un conte populaire et fantastique, Ederlezi mélange légendes de toutes les époques avec croyances populaires et violente réalité pour rendre hommage aux tziganes d’hier et aujourd’hui. Ecrit directement en français, le roman est aussi un bel hommage de l’auteur à la langue française.

Histoire sans fin, celle des déchus, des réprouvés, Ederlezi raconte avec l’incomparable fougue des ballades tziganes l’histoire de tout un peuple. Un peuple « beau, drôle et tragique à la fois », un peuple de sans papiers qui se foutent des frontières et qui représentent, aux yeux de l’auteur, les véritables Européens. Un roman étonnant et tristement comique à découvrir.

 

Ederlezi de Velibor Colic, Editions Gallimard- Collection Blanche. Parution: mai 2014. 224p. Prix: 18€

Visuel: © Couverture du livre

En bonus, le chant traditionnel Ederlezi que les Tziganes chantent pour célébrer l’arrivée du printemps:

[Interview]Lionel Aknine présente Attaché de Presque : « Les attachés de presse sont les travailleurs de l’ombre, il était temps de les mettre sous les feux de la rampe! »
« Les grandes mystifications de l’histoire » de Patrick Pesnot, et si c’était de l’intox…?
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture