Fictions
Carrie de Stephen King, c’est surtout un roman culte avant d’être un film…

Carrie de Stephen King, c’est surtout un roman culte avant d’être un film…

15 décembre 2013 | PAR Le Barbu

9782253096764-T

[rating=5]

Adaptation cinématographique rime souvent avec réédition de roman. La sortie récente de Carrie sur le écrans, roman culte de Stephen King, a motivé les éditions Le Livre de Poche pour nous offrir ce texte dense et troublant aux humeurs alcooliques d’un auteur devenu le roi (sans jeux de mots) de la littérature d’anticipation mêlant le normal et le paranormal.

Carrie est avant tout un roman. La plupart d’entre vous, surtout les plus jeunes, ne connaissent que les adaptations cinématographiques. Il est temps de faire un effort de lecture et de se plonger dans l’un des premiers romans du maitre Stephen King. Ce roman nous livre, a travers l’histoire d’une adolescente devenue le bouc émissaire d’un bahut américain, une véritable critique de l’Amérique puritaine en proie à ses démons et cherchant le Salut dans la parole divine. Carrie s’insère dans une société américaine où le Rock est le fruit du diable, les adolescent sont des monstres, et les filles sont des enveloppes écervelées qui n’ont d’autres objectifs que le bal de fin d’année et devenir la reine du lycée. Carrie est différente. Elle vit seule avec une mère adepte de l’Inquisition domestique, véritable moine guerrier en croisade contre son hérétique de fille fruit du pêcher de la chair. Carrie n’est pas humaine, et sa vie est un véritable chemin de croix souffrant la passion du Christ dans son corps. C’est un monstre doué de pouvoirs télékinésiques qu’il faut soit cacher dans un placard, soit exhiber, comme dans les foires du XIX ème siècle pour mieux lui cracher dessus. C’est la fille de Satan, la fille du Diable, échappée du purgatoire. Elle nous émeut, nous touche, par son seul désir d’être enfin quelqu’un de normal.

Carrie fait partie de ces ouvrages cultes, devenus des classiques, des mythes, écrit sous l’emprise de l’alcool. Ce texte, dense, efficace, ligne droite sans chapitres, est abordable, et ce quel que soit votre capacité de lecture. Sans être un roman de gare, Carrie est l’ouvrage parfait pour les transports parisiens. Et nul doutes que dans cette barbarie urbaine, les incivilités nauséabondes d’usagers puants dès 7h du mat aiguisent votre imagination et procurent en vous le désir de posséder, comme Carrie, des pouvoirs télékinésiques afin d’éjecter vos semblables du métro ou du bus, ou de faire tomber sur eux une pluie de pierres…

CARRIE-reedition-film-2013

Blanche Neige doit mourir de Nele Neuhaus, un roman noir rouge sang…
Panorama des gaullistes, par François Audigier, Bernard Lachaise et Sébastien Laurent
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

One thought on “Carrie de Stephen King, c’est surtout un roman culte avant d’être un film…”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *