Fictions
« Balance ta haine » Le nouveau roman décapant de Ludovic-Hermann Wanda

« Balance ta haine » Le nouveau roman décapant de Ludovic-Hermann Wanda

15 mars 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Ludovic-Hermann Wanda se définit lui-même comme un dandy éclairé , mais aussi comme un ancien taulard. Il est aussi philosophe, historien, homme de lettres, humaniste, talmudiste et libre penseur.

Dans Prisons, son premier roman bilingue français et français des banlieues, il frappait fort. Démontant les discours pleins d’angélisme ou de scotomisation, il nous racontait le réel des quartiers. Il tenait la chronique de sa haute lutte pour traverser la frontière entre les deux France, lui qui avait su identifier la cloison–qu’il nomme le mur de Molière- séparant les deux mondes, cheminait pour épouser au passage la pensée juive, parvenant à trahir le destin que lui avaient assigné sa naissance et la République

Avec Balance ta haine, son nouveau roman, deuxième tome d’une biographie attachante autant que captivante, Ludovic Hermann- Wanda nous revient. En pire. Nous le savions totalement étanche au politiquement correct, le voilà qui finit de nettoyer au Kärcher la bien-pensance. Dans une langue crue, affutée, parfois outrageante, notre aristocrate de la nonchalance aborde avec la saine désinvolture dont il nous offre sa littéralité l’aveuglement de la République devant ses ennemis : l’intersectionnalité, le communautarisme et l’antisémitisme musulman, encore la culture de l’excuse ou la philosophie victimaire.

Autant le dire clairement, le roman brutal n’hésite pas à balancer la haine. Le titre en dit long, il en dit tout sauf que l’auteur possède aussi l’intelligence du cœur. Devenu juif, ce jeune black des banlieues, cet ancien dealer qui collectionne les conquêtes féminines, rencontre un jour son surmoi. Sûr d’être un modèle, il n’en revient pas d’être traité de serial baiseur. Le #metoo lui tombe dessus et le déséquilibre. Et le roman chute dans l’introspection salvatrice, dans une tranche de psychanalyse et donc de mutation.

Le diable qui se glisse dans sa vie l’oblige à réagir. Face aux discours de haine et après avoir détricoté le maléfique en chacun de nous, il décidera d’aller chercher une solution du côté de ses propres racines. L’aventure est rude, dérangeante et enthousiasmante.

La question est posée: Peut-on lire Ludovic- Hermann Wanda qui, parfois, donne raison à Zemmour, et énerve souvent une longue liste de penseurs comme Edwy Plenel, Clémentine Autain et autre Claude Askolovitch? Que faire de celui qui agace les médiateurs de banlieue, sans jamais se priver d’aucune arrogance, qui se connaît un faible pour le machisme et qui ose tripatouiller la langue de Molière?  On doit lire Ludovic-Hermann Wanda car il a une plume joyeuse et nous aide à balancer notre haine (au rebut) ; son deuxième roman rafraîchissant est celui d’un grand auteur.

Balance ta haine

de Ludovic -Hermann Wanda

288 p., 19,90 €

En librairie le 4 mars 2021

Laure Heinich explore la justice dans « Corps défendus »
« Mythe et Epopée I. II. III. » de Georges Dumézil : Prêtre, guerrier et agriculteur-éleveur
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture