Fictions

Après la fête, premier roman de Lola Nicolle

Après la fête, premier roman de Lola Nicolle

22 août 2019 | PAR Marine Stisi

Les Editions Les Escales publient dans le cadre de leur rentrée Après la fête, le premier roman de Lola Nicolle, 27 ans, qui ne passe pas inaperçu avec un roman très doux et assez nostalgique sur un très jeune couple dont l’amour finira par ne plus suffire.

Dans les rues un peu grades mais à la chaleur débordante – quoique pas forcément visibles à première vue – de la Goutte d’Or, Raphaëlle et Antoine vivent une histoire d’amour tumultueuse.

Ils se sont rencontrés à la FAC, ils étaient jeunes et insouciants comme on dit, et c’est vrai qu’on réalise, une fois la vie d’étudiant terminée, que plus jamais, on ne sera aussi libre. Libre d’aller – ou non – en cours, de sortir jusqu’à très tard, d’aimer un peu qui ont veut, libre de rêver au meilleur avenir possible, à celui qui nous fait rêver, vraiment rêver.

Puis ces années-là, inévitablement, prennent fin. On n’est plus si jeune tout à coup, et fatalement, il faut trouver un job. Les étudiants de filières littéraires et artistiques savent bien qu’ils seront assez peu à réussir à dégotter un boulot dans leur branche. C’est ici que ça coince. Raphaëlle a été chanceuse, Antoine moins. Antoine, celui auquel on ne croyait pas, banlieusard dont la réputation le précède, comme si une jeunesse définissait forcément tout de l’avenir. Ils s’aiment, partagent toujours le même appartement dans le 18ème arrondissement, mais peut-être que ce n’est plus suffisant, l’amour. Il y a un moment où l’on sait qu’il faut plus que ça.

Après la fête est un très joli roman générationnel dans lequel les trentenaires qui ont un jour dans leur vie fréquenté une université ne pourront que se reconnaître. C’est nostalgique, très parlant, fait de détails qui ne trompent pas.

Récit musical, aussi bien par sa forme, chantante, que par les insères musicaux à répétition : IAM, NTM, PNL. Du rap là où on ne l’attend pas, dans la bouche d’une gamine de bonne famille, autant qu’on n’attend pas un gamin de cité dévorer les grands classiques de la littérature française. Après la fête casse un peu les codes, réussit son pari, ça se lit presque d’une traite et c’est très beau.

Loa Nicolle, Après la fête, Editions Les Escales, 160 pages, 17,90€.

Date de publication : 22/08/2019

« Le témoin solitaire » : le dur retour aux sources de William Boyle
Œdipe au Festival de Salzbourg : Une distribution somptueuse évolue dans l’univers étrange et coloré d’Achim Freyer
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *