Fictions
Akira Mizubayashi: La Reine de cœur

Akira Mizubayashi: La Reine de cœur

20 juin 2022 | PAR Jean-Marie Chamouard

Akira Mizubayashi est un écrivain japonais. Il enseigne le français à l’université de Tokyo. Son roman «La Reine de Cœur» a été écrit en français. L’auteur y décrit une histoire d’amour entre une française et un étudiant japonais qui va être fracassée par la deuxième guerre mondiale. Le livre dénonce les horreurs de la guerre et rend un vibrant hommage à la musique.

Un destin cruel

Les horreurs de la guerre bousculent le lecteur dès les premières lignes du roman. La première scène est saisissante: en Février 1945, en Mandchourie le soldat japonais Jun Mizukami doit participer à l’exécution à l’arme blanche de prisonniers chinois. L’horreur survient ,aussi pour Anna et son oncle Fernand en mai 1940 lorsqu’ils sont bombardés par l’aviation allemande sur la route de l’exode. L’horreur à Tokyo en Mai 1945, lorsqu’ Ayako tente d’échapper aux bombes qui pleuvent sur son quartier. La jeune infirmière ne pourra sauver ni sa mère ni la jeune enfant qu’elle avait tenté de secourir.
Jun Mizukami est un étudiant japonais , un altiste passionné de musique. Lors de ses études au conservatoire de Paris il rencontre Anna . Une rencontre remplie de douceur. Il vit un amour très pur et très tendre pour celle qu’il appelle «sa reine de cœur». Il devra la quitter en septembre 1939 du fait de la guerre, pour retourner au Japon. En 2007, Mizuné, une jeune altiste découvre un roman «l’oreille voit, l’œil écoute» qui relate l’histoire de ces grands parents Jun et Anna. Elle rencontre Oto, l’auteur du livre. Le lecteur découvre les carnets intimes d’Anna et d’ Ayako et le journal de guerre de Jun. Il est mobilisé et part en Mandchourie fin 1944. Il est profondément choqué par le fanatisme de l’armée et ses crimes de guerre. Il résistera à cette cruauté jusqu’à en perdre la raison. Hospitalisé, il sera soigné et sauvé par l’infirmière Ayato mais pourra t’elle le guérir de ses blessures?

La musique , une consolation contre la barbarie

«Reine de Cœur» est l’histoire d’un amour brisé par la guerre. C’est un plaidoyer poignant contre les violences de la guerre et une dénonciation du totalitarisme du Japon impérial d’alors. C’était une idéologie implacable , mortifère: la guerre contre la Chine est «une guerre sacrée, contre la barbarie», «les ennemis de pensée» sont poursuivis, l’état major en 1945 parle «du suicide honorable des cents millions de japonais». Une phrase incroyable, glaçante, qui ne cessera de hanter Jun. La musique tient une grande place dans ce livre qui est construit comme une symphonie en cinq mouvements. La musique apparaît comme une consolation ultime, comme une possibilité de transcendance. L’œuvre de Chostakovitch traverse tout le livre en particulier la 8ème symphonie écrite en 1943 dont la partition procurera à Jun une émotion intense et lui redonnera du courage pendant la guerre. L’auteur en fait une description époustouflante, lors d’un concert mémorable réunissant Mizumé et Oto.

Akira Mizubayashi a écrit un livre émouvant, poignant. Jun Mizukami est un héros de tragédie. Son combat solitaire pour rester humain dans une guerre inhumaine fait de lui un héros. Dans ce combat il sera soutenu par sa foi dans la puissance de l’art.

Akira Mizubayashi, Reine de Cœur, Gallimard, 240 pages, 19 Euros, sortie le 10 Mars 2022.

visuel(c) couverture du livre

Titanic au théâtre : une folle traversée tonitruante !
L’agenda de la Fête de la Musique 2022
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture