Fictions
Ahmet Altan : Madame Hayat

Ahmet Altan : Madame Hayat

07 décembre 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

 

Ahmet Altan est un écrivain, essayiste et journaliste turc. Accusé injustement d’avoir participé à la tentative de putsch du 15 Juillet 2016 il a été incarcéré de Septembre 2016 à Avril 2021 C’est en prison qu’il a écrit « Madame Hayat », un roman d’amour qui aborde aussi la situation sociale et politique de la Turquie, les souffrances du peuple, les atteintes aux droits de l’homme.

Un amour tendre et passionné

« La vie de Fazil a changé du jour au lendemain ». Son père, ruiné, est mort brutalement. Il peut poursuivre ses études de littérature, mais il doit se réfugier dans une modeste auberge. Il y rencontre des personnages singuliers : le Poète un journaliste d’opposition, Gülsüm le travesti et Tevhide une petite fille adorable. Sa soudaine pauvreté lui procure un sentiment de fragilité, de perte d’identité. Il doit travailler comme figurant dans un studio de télévision où il rencontre madame Hayat, « la femme à la robe couleur de miel ». Madame Hayat est une femme mûre, plantureuse, sensuelle. Il aime passionnément cette femme libre, courageuse, énigmatique, toujours joyeuse. Puis il rencontre Sila, une étudiante en lettres, au beau visage noble. Leur complicité intellectuelle devient également amoureuse. Sila est désargentée, son père a été dépossédé de ses biens pour des motifs politiques. La peur s’impose avec les arrestations arbitraires et les menaces des islamistes, munis de bâtons. Gülsüm est tabassé puis un drame survient à l’auberge. La revue du poète a du fermer et certains professeurs de l’université ont été arrêtés. Fazil est défait et pense à l’exil. Mais comme le disait madame Hayat « il a appris à avaler le poison qui est dans le miel ».

Une prise de conscience politique douloureuse

« Madame Hayat » est un livre d’autant plus émouvant qu’il a été écrit en prison. Ahmet Altan, avait été incarcéré, de manière arbitraire avant d’être libéré sur l’ordre de la cour suprême de turque. Ce très beau roman vient d’être couronné par le Prix Médicis étranger. C’est d’abord un roman d’amour écrit dans un style souvent poétique. L’analyse psychologique est fine : Fazil cultive l’introspection et les deux personnages féminins sont complexes et séduisants. Fazil et Sila aiment la littérature : leurs échanges donnent lieu à de très belles pages. La dimension politique du roman est importante avec la crise économique, la corruption, l’arbitraire, les violences policières et celles des islamistes. Les menaces vont croissantes au cours du roman, la peur est diffuse comme une ombre qui suit les protagonistes puis elle devient généralisée, oppressante, humiliante. Il s’agit aussi d’un conte moral, philosophique, abordant les problèmes du mal, de la liberté, de la pauvreté. La pauvreté est vécue comme une vulnérabilité mais aussi comme une chance, elle permet aussi des rencontres improbables, de voir le vrai visage des gens.
Madame Hayat est un roman riche, complexe, initiatique. Peu à peu Fazil devient militant et se réfugie dans l’écriture. L’écriture et la littérature comme ultimes espaces de liberté et de résistance qui rapprochent Fazil d’Ahmet Altan.

Ahmet Altan, Madame Hayat, Actes Sud, 272 pages, 22 Euros, sortie en septembre 2021.

« La joie et le reste », dans l’intimité de Baptiste Beaulieu
Enzo Enzo : « Je suis arrivée à maturité artistique » (Interview)
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture