Fictions

A qui profite le kir ? de Gaël Dubreuil : Rira bien kir ira…

A qui profite le kir ? de Gaël Dubreuil : Rira bien kir ira…

30 novembre 2014 | PAR Elodie Martinez

Tout le monde connaît ce fameux apéritif… certains en sont plus fous que d’autres ! C’est le cas d’un étrange groupuscule de Bourgogne qui nous embarque dans leur folie avec les héros de ce roman pour leur plus grand malheur, et notre plus grande surprise… Un « thriller apéritif » à servir bien frais… Allez : un petit premier pour la route ?
image

Résumé : Camille est enceinte et en connaît les lubies les plus farfelues. C’est ainsi que le weekend en amoureux qu’avait prévu David à Venise se transforme en weekend en Bourgogne suite à une irrésistible envie d’escargots de sa compagne ! Si seulement elle avait eu envie de fraises ou de framboises…
Cette idée saugrenue est le fameux battement d’ailes de papillon… Rien ne se déroule comme prévu lors de ce weekend : leurs hôtes sont découverts assassinés par David alors que Camille a disparu, et l’enquête révèle très rapidement que l’origine de ce bain de sang dont nos deux cadavres ne sont pas les premières victimes se trouve dans les revendications d’une sombre confrérie combattant pour… le maintien de la recette originelle du kir ! L’histoire nous dévoilera des personnages hauts en couleur, comme Olivier ou Alyssia, pour accompagner notre pauvre David jusqu’en Belgique, nous transportant avec lui dans de terribles doutes jusqu’au dénouement final…

Bien que l’auteur n’en soit pas à son premier coup d’essai (il a déjà plusieurs pièces de théâtre à son actif ainsi qu’un livre pour enfants), il s’agit là néanmoins de son premier « thriller apéritif ». On notera donc naturellement quelques petites fautes de premier roman, en particulier un premier chapitre certainement trop condensé : on ne remarque même pas les hôtes avant que David ne découvre leurs corps ! Nous ne sommes pas au théâtre, ni des enfants : un peu de temps, ne serait-ce qu’un ou deux paragraphes pour poser la situation et les personnages, serait le bienvenu !
C’est là toutefois le seul véritable petit défaut de ce roman policier qui, admettons-le, parvient à nous embarquer dans cette histoire qui semble totalement folle et délirante sur le papier. Pire encore, nous nous prenons au jeu et menons nous aussi l’enquête, cherchant sérieusement à démêler le faux du vrai et les implications possibles de chacun. Les relations qui s’établissent entre les personnages nous attachent d’autant plus à eux, et on en vient même à souhaiter que…. Non, nous ne pouvons pas vous le dire : cela vous en dévoilerait beaucoup trop !
Les dialogues rendent également les situations plus présentes et l’humour se mêle assez bien à tout ceci. La tension monte néanmoins, avant un léger temps mort, pour finalement grimper de plus belle une fois le dénouement sous nos yeux… Une belle surprise donc, et un roman policier qui sort indéniablement du lot.

Une chose est certaine, messieurs : si votre femme enceinte prend une soudaine envie d’escargots, fuyez ! Quant aux autres lecteurs, une fois ce livre terminé, vous y réfléchirez à deux fois avant de commander un kir pèche…

Elodie Martinez

Gaël Dubreuil, à qui profite le crime, AO éditions, 2014

[Live report] La Roux au Bataclan
« La Source » à l’opéra Garnier : l’élégance classique au sommet
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

3 réflexions au sujet de « A qui profite le kir ? de Gaël Dubreuil : Rira bien kir ira… »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *