Livres

« Feel like going home » de Peter Guralnick : Hello, Satan, I believe it’s time to go…

« Feel like going home » de Peter Guralnick : Hello, Satan, I believe it’s time to go…

02 mai 2013 | PAR Le Barbu

Feel Like Going HomePublié pour la première fois aux États-Unis en 1971, « Feel Like Going Home » de Peter Guralnick est édité dans une traduction française de Nicolas Guichard en septembre 2009 aux éditions Rivages Rouge. Réédité en format poche en août 2012, il est réimprimé au même format en ce mois d’avril. Considéré comme un document exceptionnel et incontournable, ce livre intense et émouvant ne donne qu’une envie : se plonger dans les enregistrements qui ont drainé l’histoire du blues, la naissance du rock, et les productions des studios Chess. Cet ouvrage se situe à la transition  du blues au rock, dont les acteurs, pas toujours heureux, ont des noms presque mythiques : Muddy Waters, Howlin’Wolf, Jerry Lee Lewis…

Peter Guralnick est un passionné de musique populaire américaine du XXeme  siècle. Sa culture est impressionnante, que se soit sur la soul (Sweet Soul Music, éditions Allia), sur Robert Johnson (Searching for Robert Johnson, éditions Le Castor Astral), ou bien sur Elvis dont il écrit une biographie monumentale et indépassable en 2 volumes : Last Train to Memphis & Careless love (Le Castor Astral).

« Si tu changes le son, alors tu changes l’homme. »

Cette transition, du blues au rock’n’roll, forme la trame du livre pour lequel Guralnick a pris la route pour rencontrer ses acteurs avant qu’ils ne disparaissent. Guralnick ne se penche pas seulement sur la musique, il parle également des conditions de naissance, des raisons d’existence, des trajectoires lumineuses ou sombres des artistes qui ont composé les pages de cette période charnière de l’histoire de la musique populaire américaine. Feel like going home est un ouvrage pédagogique qui fourmille de détails dont le récit est une véritable épopée aux destins mouvementés et intenses. Cette galerie de légendes et de pionniers du blues et du rock est aussi un ouvrage historique, dont l’histoire n’est pas simple et linéaire, et l’émotion imprévisible et éphémère.

En un sens, le rock ‘n’ roll n’était pas différent du blues. On lui a juste redonné du piment. Mec, cette musique a toujours été dans les bagages du blues… Toutes ces tendances, ça va et ça vient. On dirait que tous les vingt ans le monde fait un bond et s’en satisfait. Ça va exploser encore. Faudra être là au moment où ça va sauter. (Big Joe Turner)

Au fond, la musique seule compte. Si ce livre vous pousse à en écouter, s’il vous persuade de rendre cet hommage minimum à l’œuvre de chaque artiste, alors il aura servi un dessein authentique. Sinon il ne s’agira que de rhétorique stérile, et tout le monde sait que nous n’en manquons pas. (Peter Guralnick)

Feel Like Going Home |  Peter Guralnick
Légendes du blues & pionniers du rock’n’roll

Paru le 29 Août 2012 ( Réimp. le 12 Avr 2013)
Collection : Rivages Rouge | Poche

Traduit de l’Anglais (États-Unis) par Nicolas Guichard

Genre : Musique et contre-culture

400 pages.  |  Prix : 10.00 €
Éditions: Rivages

guralnick_johnsonDu même auteur, et véritable coup de cœur, A la recherche de Robert Johnson (Searching for Robert Johnson), sorti aux éditions Le Castor Astral en 2008, revient sur la légende du « King of Delta Blues ».

Véritable mythe des fins fonds du Mississippi, Robert Johnson a joué un rôle essentiel dans l’histoire de la musique, influençant des générations de bluesmen et de rockers, de Muddy Waters jusqu’aux Rolling Stones. Dans cette ode lumineuse au « Roi du Delta Blues », Peter Guralnick essaie d’éclairer les 27 ans d’existence d’un homme qui se hisse parmi les figures mythiques du blues. Véritable génie de la musique, il manie l’harmonica dès l’enfance, avant de s’approprier l’art de la guitare en un temps record. Écorché vif au destin tragique – son épouse et son enfant meurent en couches – l’homme à la Gibson L1 n’a de cesse de déverser sa douleur. Voix fine et vibrante, complaintes bouleversantes, Robert Johnson incarne le blues de tout son être. La légende prétend même qu’il aurait conclu un pacte avec le diable en échange de son extraordinaire virtuosité… Entre compositions mélancoliques et mode de vie autodestructeur, le bluesman alimente les passions et cultive le mystère autour de son nom. Disparu précocement en 1938, Robert Johnson enregistre in extremis (trois ans avant sa mort) ses plus grands titres parmi lesquels ‘My Love in Vain’, ‘Come on in my Kitchen’, ‘Me and the Devil were Walking Side by Side’, ou encore ‘There’s a Hellhound on my Trail’. « Le Roi du Delta Blues » laisse derrière lui une fertile source d’inspiration pour d’autres futurs maîtres de la guitare tels Jimi Hendrix, Bob Dylan ou encore Eric Clapton. Au travers d’entretiens avec des contemporains de Johnson – tels Johnny Shines et Robert Lockwood -, ce récit restitue avec poésie l’univers et l’art d’un musicien dont l’œuvre, fulgurante, n’en finit pas de fasciner.

 » Si tu veux apprendre à jouer tout ce que tu veux et comment faire des chansons par toi-même, tu prends ta guitare et tu vas là où une route croise ce chemin, là où il y a un carrefour. Va là-bas, sois sûr d’y être ce soir, juste un peu avant minuit, et tu sauras que c’est le bon endroit. Tu as ta guitare et là tu joues un de tes morceaux… Un grand mec noir viendra, prendra ta guitare et l’accordera. Puis il jouera un morceau et te la rendra. C’est ainsi que j’ai appris à jouer tout ce que je veux.  »

À la recherche de Robert Johnson
Peter GURALNICK

Collection Castor Music

Éditions Castor Astral

Prix: 12 euros

[Critique] « Sous surveillance », une chasse à l’homme à l’allure politique qui s’essouffle vite
Les vulnérables: Chang-rae Lee donne la parole aux survivants
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *