Livres
Etienne de Montety, 81e lauréat du Prix littéraire des Deux Magots

Etienne de Montety, 81e lauréat du Prix littéraire des Deux Magots

29 janvier 2014 | PAR Céline Duverne

Le jury du Prix littéraire des Deux Magots s’est réuni mardi dernier pour couronner son 81e lauréat. Avec 7 voix sur 11 en sa faveur, Etienne de Montety, auteur de La route du salut (Gallimard, 2013), dame le pion à ses deux concurrents Frédéric Mitterrand (La récréation, Robert Laffont) et Theresa Revay (L’autre Rive du Bosphore, Belfond).

Etienne de Montety La route du salut

Il émane des rues de Saint-Germain-des-Prés un doux parfum suranné, que la prolifération d’enseignes luxueuses ne suffit pas à atténuer. Vestige de la vie littéraire d’antan, le Prix littéraire des Deux Magots se réunit chaque année pour attribuer sa récompense, assortie d’un chèque de 7750 euros. Elle échoit cette année à l’écrivain et journaliste Etienne de Montety, directeur du Figaro littéraire, pour son roman La route du salut. La reconnaissance vient à point nommé compenser son échec au Prix Interallié, attribué à l’automne dernier à Nelly Allard (Moment d’un couple, Gallimard).

Comme chaque année, les jurés du prix des Deux Magots ont souhaité attirer l’attention sur une œuvre originale et non-conformiste : La route du salut relate la rencontre de deux destinées singulières, celles de deux jeunes Français partis se battre en Bosnie contre les Serbes. En plongeant le lecteur au cœur du conflit de l’ex-Yougoslavie, Etienne de Montety interroge les notions de foi, d’engagement et de quête identitaire dans une Europe en plein bouleversement.

Fondé en 1933 le jour même de la remise du prix Goncourt à André Malraux, le prix des Deux Magots représente l’une des plus anciennes distinctions littéraires nationales. Raymond Queneau le premier, alors peu connu, inaugura la longue liste des lauréats avec Le Chiendent. Depuis 2010, le jury est composé de Jean-Paul Caracalla (son président), Jean Chalon, Marie-Laure Delorme, Adrien Goetz, Pierre Kyria, Marc Lambron, Gilles Lapouge, Éric Neuhoff, Éric Ollivier, Anne Ponset et Jean-Marie Rouart de l’Académie française.

Visuel : © Couverture de La route du salut.

[Chronique] « Hirundo », un album lumineux et vibrant de Dominique Dalcan
Christian Delporte ou l’art de revenir en politique
Céline Duverne

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *