Essais
Xavier Léger avec Bernard Nicolas, Moi, ancien légionnaire du Christ

Xavier Léger avec Bernard Nicolas, Moi, ancien légionnaire du Christ

22 septembre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Xavier Léger a vécu pendant sept ans au sein de la Légion du Christ. Avec le présent ouvrage, qu’il a écrit avec la collaboration du journaliste Bernard Nicolas, il livre une enquête sur l’un des groupes religieux les plus influents (et sulfureux) au Vatican. L’ouvrage vient de paraître chez Flammarion.

[rating=3]

xavier légerLE RECRUTEMENT DES LÉGIONNAIRES
Lors des Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris, Xavier Léger fut recruté par un prêtre des Légionnaires du Christ. Il voulait en effet devenir prêtre au sein de cette organisation. Ce prêtre, le père Raymundo, déploya tout son zèle pour amener Xavier Léger devenir membre. Il fut récompensé de ses efforts. A la Légion, au bout d’un mois de candidature, il est possible d’enfiler la soutane, même si on ne connait rien à la vie religieuse. Cependant, le piège se referme tout aussi vite…

TEMPS ET ÉTERNITÉ
Le noviciat se déroule dans une ambiance militaro-religieuse : il faut en effet se lever tôt et courir toute la journée. La dénonciation y étant institutionnalisée, chacun surveille l’autre. Il faut être prêt à tout sacrifier. L’idée fondamentale repose à la fois sur la peur, sur le groupe et sur la culpabilité. Il est interdit de se faire photographier avec des femmes et de voyager avec elles pour des pèlerinages. Le temps sous la douche est lui aussi strictement limité, de façon à éviter les tentations…

LA REALPOLITIK DE LA LÉGION
L’organisation soutint le président G. W. Bush, bien qu’il soit protestant, et donc la guerre en Irak. Toutefois, comme Jean-Paul II y était hostile, l’organisation fut quelque peu embarrassée… Par ailleurs, il convient de noter que les Légionnaires du Christ avaient leurs entrées auprès du président précédent.

L’ENFER DE LA LÉGION
Le fondateur des Légionnaires, le père Maciel qui est mexicain, est très critiqué pour des affaires de mœurs. De nombreuses choses lui sont reprochées, comme une possible double vie notamment. Pour se défendre, l’organisation rappelle à ses membres et à qui veut bien l’entendre que « le Christ fut persécuté, alors qu’il était innocent, que X fut lui aussi persécuté, alors qu’il était tout aussi innocent, et que lui-même, le père Maciel, est persécuté, donc innocent ». La démonstration laisse sans voix… Toutefois, le Vatican ordonna une enquête et dut nommer quelqu’un d’autre à la tête de l’organisation.

Cet ouvrage permet de découvrir le comportement anormal et impitoyable de cette trouble organisation. Il va de soi qu’il existe une dérive sectaire au sein de la Légion. On peut simplement s’étonner de la patience de Xavier Léger, voire de sa légèreté, même s’il est vrai qu’une personne en détresse peut avoir du mal à raisonner normalement. Certains passages de l’ouvrage sont hallucinants, comme la course au recrutement, la chasse aux héritages et la cour qui est fait aux évêques.

Un livre qui laisse songeur et qui n’est pas sans rappeler l’Opus dei.

Xavier Léger avec Bernard Nicolas, Moi, ancien légionnaire du Christ, Flammarion, septembre 2013, 380 pages, 21 euros.

L’anniversaire de Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo
La revue de web de la semaine du 22 septembre
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

4 thoughts on “Xavier Léger avec Bernard Nicolas, Moi, ancien légionnaire du Christ”

Commentaire(s)

  • Véronique B.

    Extrait du livre « Protégez-vous contre les sectes » de Steven Hassan:

    « Puis, bien sûr, il y a le problème de notre croyance en notre propre invulnérabilité. Nous avons tous besoin de croire que nous dominons notre existence. Nous n’aimons pas avoir la sensation que les événements arrivent malgré nous, c’est pourquoi nous classons la réalité selon un ordre qui a un sens pour nous. Quand nous apprenons que quelqu’un a subi un malheur (un vol, un viol), nous essayons en général de trouver une raison. Ne marchait-il pas au « mauvais » moment dans un quartier « mal » fréquenté? Les gens essaient de trouver un lien direct de cause à effet: si quelque chose de mal lui est arrivé, c’est qu’il a fait quelque chose de mauvais. Cette attitude s’appelle accuser la victime.

    Bien qu’il ne soit pas forcément absurde de rechercher l’éventuelle négligence (il faut savoir tirer les leçons des tragédies de la vie), la réalité est que cette personne pouvait se trouver par hasard au mauvais endroit à la mauvaise heure. Accuser la victime joue un rôle psychologique important: cela nous permet de prendre de la distance par rapport à la personne qui a été blessée. De cette façon, nous nous disons: « Telle chose ne pourrait m’arriver car je suis différent. Je fais attention. » Souvent les gens précisent en parlant de la victime d’une secte: « Cette personne était faible psychiquement et recherchait une façon d’échapper aux responsabilités. Elle avait besoin de quelqu’un pour diriger sa vie. » De cette façon, les gens nient la réalité : en fait, la même chose pourrait très bien leur arriver.

    Personne ne peut accepter cela a priori. Chacun croit être plus fort et meilleur que les millions de victimes du contrôle de la pensée exercé par les sectes. »

    septembre 23, 2013 at 8 h 01 min
  • Jean-Philippe Vignerolles

    Bonjour,
    ce livre m’a ému aux larmes. Les manipulations mentales, que j’ai subit moi-même dans un autre mouvement d’Eglise, sont admirablement bien décrites. Hélas, qui n’a pas été sous l’emprise de ces systèmes peut difficilement comprendre!
    Je crois qu’on ne devrait jamais se moquer des anciennes victimes de secte, surtout lorsqu’elles passent aux aveux. Quand on sait que Xavier Léger est l’un des très rares ancien légionnaire à dénoncer cette secte, au péril de sa vie, je serais tenté de saluer son courage et son humilité. Le commentaire sarcastique de Mr Fourmont sur « sa legèreté » me semble plus que déplacé. Ce sont toutes les victimes de ces dérives sectaires (et il s’agit de plusieurs dizaine de milliers de personnes) qu’il insulte à travers lui.
    Merci à Véronique pour cet extrait très éclairant. Au passage, j’aimerais savoir comment trouver ce livre de Steven Hassan? Sur internet, il semble épuisé…

    septembre 23, 2013 at 17 h 08 min
  • Primo

    Ce livre est essentiel pour faire comprendre à ceux qui en douteraient qu’une secte peut prospérer au sein même de l’Eglise.
    Les méthodes de contrôle de tous ses gamins que l’on tente de convaincre qu’ils ont une vocation unique sont parfaitement décrites.
    L’horreur des crimes de Maciel et d’autres prêtres de cette secte protégée du Vatican donne la nausée.
    Ce livre se lit facilement malgré la profondeur du témoignage de Xavier Léger.
    So co-auteur n’en est pas à son coup d’essai (films+livres) et son association avec Xavier Léger rend ce bouquin extrêmement efficace.

    Conseillez-le.

    septembre 25, 2013 at 11 h 34 min
  • PISA BURGOS AUDREY

    Message à l’attention de Bernard Nicolas et Xavier Léger

    Messieurs , je suis en cours de lecture de votre ouvrage sur les phénomènes et mouvements sectaires.

    Aussi , je suis à la recherche de collaborateurs pour écrire mon témoignage car je suis sorti d’un mouvement sectaire , mouvement ou mes parents y sont toujours .
    Je consulte d’ailleurs un docteur spécialisé en victimologie de ce genre de mouvements sectaires et avec laquelle je fais un travail d’écriture .
    Je vous laisse mes coordonnées , si vous voulez bien me contacter ?
    Audrey Pisa Burgos

    [email protected]

    Cordialement

    décembre 6, 2013 at 11 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *