Essais

Tilla Rudel éclaire « Jérusalem » sous tous ses angles dans un précieux opus de la collection Bouquins

Tilla Rudel éclaire « Jérusalem » sous tous ses angles dans un précieux opus de la collection Bouquins

20 mai 2019 | PAR Yaël Hirsch

15000 habitants en 1900, 900000 aujourd’hui, celle qu’on appelle « l’Eternelle » est la ville qui a fait l’objet du plus grand nombre de résolutions de l’ONU. Fortifiée de son sublime calcaire, vigile ville du livre et sacrée jusqu’à l’insomnie, Jérusalem se dévoile sous tous ses aspects dans une anthologie riche et amoureuse, dirigée et nourrie par Tilla Rudel.

Après une préface d’Olivier Poivre d’Arvor, le livre commencent par une citation de Julien Gracq : la « ville pythie, ville épileptique » fait en cet essai l’objet d’une somme d’histoire, promenades, dictionnaire et anthologie dans la fameuse collection bouquins.

Attachée culturelle en Israël, Tilla Rudel y a longtemps vécu et à réuni autour d’elle une somme de textes et d’amoureux de la cité pour dresser un portrait en kaléidoscope follement exhaustif de Jérusalem.

Premier paradoxe : le berceau des trois monothéismes est si plein de mémoire qu’on a du mal à en faire scientifiquement l’histoire. Le livre commence donc par 400 pages d’histoire dans la plus pure tradition des annales : progression chronologique à partir de faits avérés de l’âge de bronze jusqu’à nos jours et qui permet de rappeler certains d’épisodes importants : les hébreux, les romains, les ottomans, les croisades, et l’enjeu international aux 20e et 21e siècles.

S’ensuivent une promenade dans les lieux saints sur les pas de Jesus par Jean-Michel de Tarragon, une visite sonore par Olivier Tourny et une pérégrination juive et littéraire par Nicolas Weill. Des parcours bien plus habités que dans tous les guides à mémoriser pour vivre sûrement les longues promenades de jour et de nuit dans la ville éternelle.

Ensuite, l’on entre dans l’anthologie concoctée par Tilla Rudel des psaumes de David à l’écrivain palestinien à peine quadragénaire Mahmoud Abou Hashhash en passant par Le Tasse, Flaubert, Loti, Melville, Oz, Amichai, Scholem et Darwish.

Enfin le dictionnaire permet de se repérer dans les noms et les concepts aussi bien par la «  Knesset » que par la « Tour de David » ou le «  Chabat ».

Un livre riche, minutieux et très amoureux qui explique et saisit par plusieurs angles la ville qui déchaîne le plus de passions.

Tilla Rudel, Jérusalem, préface : Olivier Poivre d’Arvor, Robert Laffont, collection « Bouquins », sortie le 8 novembre 3018, 32 euros.

Visuel : couverture du livre et photo (c) Yh

The Sefwoman alias Virginie Guedj nous revient « Libre » sur scène
Regards contemporains sur les coulisses des Versailles
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *