Essais

Roger Errera, Et ce sera justice… Le juge dans la cité

10 mars 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Conseiller d’Etat honoraire et ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature, Roger Errera publie Et ce sera justice… Le juge dans la cité aux éditions Gallimard.

LE DÉSENCHANTEMENT ET LA SOUFFRANCE

La société est de plus en exigeante et l’institution judiciaire doit faire face à une insuffisance de moyens, et ce tant au niveau humain que matériel.

LE MONDE POLITIQUE ET LA JUSTICE

Les responsables politiques connaissent mal la justice et se méfient d’elle. Il y a dernièrement eu plusieurs tentatives de restriction du rôle du juge, avec par exemple la création des peines planchers et la tentative de suppression du juge d’instruction en matière pénale.

Les lois traduisent souvent les préventions de la classe politique à l’égard de la justice. Elles sont souvent votées à la hâte, par exemple à la suite d’un drame qui est utilisé à charge.

LA GOUVERNANCE JUDICIAIRE

La France est régulièrement condamnée, notamment pour le statut des fonctionnaires qui composent le parquet. Pour la doctrine d’ailleurs, le parquetier n’est pas un véritable magistrat du fait de sa dépendance à l’égard des autorités exécutives. Son statut précaire aurait une influence décisive sur ses décisions et sur son autonomie.

LES AFFAIRES POLITICO-JUDICIAIRES OU LA FIN DE L’IMPUNITE

A partir des années 1990, les affaires politico-judiciaires font leur apparition. Il y a l’affaire du carrefour du développement et des emplois fictifs de la ville de Paris. Comme chacun le sait, tout ceci sera très violent.

L’auteur rapporte qu’une conception monarchique du pouvoir d’Etat persiste chez le personnel politique. Pour les hommes politiques français, il existerait une légitimité exclusive du suffrage universel, qui ne souffre aucune limitation.

HOSTILITE ET MEFIANCE DES POLITIQUES ENVERS LA JUSTICE

Alors qu’il existe une défiance et une hostilité certaines des politiques envers la justice, Roger Errera recommande davantage de pédagogie. Certes il s’agit d’un livre de plus sur la justice, mais cet ouvrage aborde beaucoup d’aspects intéressants et méconnus. Certains éléments sont plus classiques, comme la place du juge dans la société et l’ampleur de son intervention. Parmi les éléments novateurs, le Conseiller d’Etat évoque notamment la relation entre le monde politique et les magistrats ainsi que la gouvernance judiciaire.

L’existence d’une justice judiciaire et d’une justice administrative aurait peut-être aussi mérité d’être abordée d’une façon équivalente, surtout par un Conseiller d’Etat. En effet, le justiciable rencontre souvent des difficultés pour l’application de décisions à l’encontre de personnes publiques. A cet égard, l’auteur rappelle une tradition séculaire de prosternation envers le pouvoir exécutif.

Les relations entre les différents intervenants du monde judiciaires, c’est-à-dire les avocats, les greffiers et la police, auraient mérité de plus longs développements.

Cet ouvrage ouvre de nombreuses et stimulantes pistes de réflexion avec des suggestions de réforme.

Roger Errera, Et ce sera justice… Le juge dans la cité, éditions Gallimard, sortie le 7 février 2013, 355 p., 22,50 euros.

Notre Dame de perpétuels donuts, une très belle pièce au Lucernaire
[Interview] Clockwisë sort son nouvel EP : TWICE
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *