Essais

Question de genre : Linda Belhadj définit avec précision le Thriller érotique

Question de genre : Linda Belhadj définit avec précision le Thriller érotique

27 novembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Vous vous rappelez Liaison Fatale, Basic Instinct et Jeune Fille partagerait appartement ? La critique de cinéma et spécialiste de Paul Verhoeven, Linda Belhadj tire un trait commun sur tous ces films à succès des années 1980 et 1990 pour redéfinir en 200 pages le genre « Thriller érotique » dans un livre de 200 p. paru chez Aedon.
[rating=3]

Pour commencer ce travail très illustré mais également très universitaire, l’auteure use du principe de distinction en séparant action thrillers, thrillers bureaucratiques, thrillers judiciaires, films de serial killers, slashers adolescents, thrillers fantastiques et même néo-noir érotique (un néo-noir peut être érotique et un thriller érotique peut avoir des sous-tons néo-noirs, mais le terme « thriller » ne peut être synonyme de « néo-noir » et vice versa) pour donner une définition unique du thriller érotique.

Et elle puise dans l’ultime parodie du genre, Fatal Instinct, qui croise Basic instinct et Fatal attraction pour pointer des constantes indispensables du genre : les joutes verbales préliminaires à l’acte sexuel. Dans le thriller érotique, on se demande qui va coucher avec qui ? Et surtout, le héros, qu’il soit policier ou non, couche-t-il avec une meurtrière ? Rappelant les classiques du film noir et du néo-noir, puis les figures tutélaires auxquelles les thrillers érotiques de Verhoeven ou De Palma font référence, Linda Belhadj met en avant cette nouvelle période de créativité et de liberté que sont les années 1990, vingt ans après le Nouvel Hollywood vanté par Peter Biskind dans Easy Riders and Raging Bulls (1998) avant d’entrer, scène par scène dans les films qui constituent son corpus.

Héroines fatales, sexuelles et libres dont Sharon Stone, déjà trentenaire quand elle atteint la gloire avec Basic Instinct côtoient des hommes souvent objectifiés et souvent interprétés par Michael Douglas, acteur clé du genre. Et c’est une de vertus de ce livre de nous faire redécouvrir des films que nous n’avions peut-être pas tout à fait assez pris au sérieux et qui ont pourtant fait fonctionner à mort nos pulsions scopiques. Un essai à découvrir pour retourner voir les films dont on s’est délecté, il y a vingt ans et voir comment ils ont vieilli.

Linda Belhadj, Le Thriller érotique, Aedon, 216 p., 30 photos, 23€, sortie le 10 novembre 2017.

visuel : couverture du livre

« Aegri somnia » de Jean Lambert-wild, quinze ans après : rêves brillants au fond d’une piscine
LES MAINS SANS SOMMEIL AU PALAIS DE TOKYO : Les résidences d’artistes de la Fondation d’entreprise Hermès
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *