Essais
« Le choc Simone Weil », par Jacques Julliard

« Le choc Simone Weil », par Jacques Julliard

20 mars 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Jacques Julliard historien, journaliste publie un ouvrage sur Simone Weil.

[rating=3]
Le choc Simone Weil- JulliardRENCONTRE DE SIMONE WEIL
Simone Weil, une philosophe, une militante, une mystique.
Un peu de tout cela ou mieux.
C’est une figure hors norme, une insoumise absolue qui repousse à chaque instant les limites de l’humanité dans l’exercice sans concession de la liberté de l’esprit.
Elle donne à la charité chrétienne, le nom de justice.

ANOXERIE PHILOSOPHIQUE ET MENTALE
Elle ne se nourrit pas au-delà de ce qui est accessible aux plus déshérités.
On parle pour elle d’anorexie philosophique et mentale.
Elle parle de l’histoire d’Alexandre à qui on apporte dans le désert un casque rempli d’eau, alors que son armée meurt de soif.
Il renverse le casque et répand l’eau sur le sable » son bonheur, écrit Simone, s’il avait bu, l’aurait séparé de ses soldats ».
Elle (à Londres) finit par se laisser à moitié mourir de faim par solidarité avec ceux qui étaient privés de nourriture en France et ailleurs.
Cet essai de Jacques Julliard sur Simone Weil est réussi.
Le message de Simone Weil, juive convertie au christianisme, bouleverse.
Pour Alain » c’est une martienne », pour Camus « le plus grand esprit de notre temps «.
Elle a vécu la condition ouvrière dans sa chair, par solidarité avec les plus démunis.
Elle écrira » j’ai reçu là pour toujours la marque de l’esclavage ».
Elle s’est battu les armes à la main avec les républicains espagnols.

Jacques Julliard, Le choc Simone Weil, éditions Flammarion, 128 pages, mars 2014, 12 euros
visuel : couverture du livre

100 bonheurs et petits plaisirs parisiens de Valérie Appert
[Critique] « Pas son genre », beau film de Lucas Belvaux sur la fin d’un amour
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

One thought on “« Le choc Simone Weil », par Jacques Julliard”

Commentaire(s)

  • SIENNAT

    Simone Weil semble ne pas avoir perçu ce qu’à deviné C G JUNG,
    c’est à dire que le Divin est une complétude de la dualité conscient-inconscient , elle a prit le CHRIST comme son Modèle, mais n’a pas compris que le Christ n’est pas la Totalité du Divin qui contient les opposés .
    Le rôle de l’homme est de trouver un compromis harmonieux entre ces opposés . Simone Weil est morte par ce refus de chercher ce compromis d’ou sa philosophie de la décréation qui lui a été fatale . Jean Pierre CHABROL aurait pu faire un livre sur cette mystique avec un titre de ce style:
    La folle possédée de DIEU
    C G JUNG signale dans son oeuvre que l’on peut être possédé par un Archétype psychique religieux !

    juillet 8, 2014 at 12 h 54 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture