Essais

L’anthropocène décodé pour les humains

L’anthropocène décodé pour les humains

04 février 2019 | PAR Yaël Hirsch

En quelques pages, le spécialiste franco-allemand de l’éducation Nathanaël Wallenhorst fait le point sur l’anthropocentrisme. Lumineux.

Après avoir laissé parlé la terre ou plutôt sa surface chamboulée en prologue, Le chercheur revient d’abord sur la formation d’un concept, créé par Eugène Stormer et popularisé en 2000 par le géochimiste Paul Crutzen. Même si la « question de l’impact de l’activité humaine sur l’ensemble de la biosphère » (p. 33) est une préoccupation majeure depuis au moins les années 1970 (Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972). L’anthropocène suit l’holocène et définit une mutation radicale de la fine couche terrestre sur laquelle la vie a été rendue possible : accroissement de la proportion des océans, température augmentée … etc. Les scientifiques n’arrivent pas encore à se mettre d’accord sur le moment clé où l’on passe de l’holocène à l’anthropocène: les débuts de la révolution industrielle ? Du nucléaire? La fin du 20e siècle ? Peut être aussi parce que comme certains critiques le soulignent, le concept repose plus sur l’étude de l’histoire humaine que sur des éléments géologiques d’où l’importance de la stratigraphie et de savoir planter « le clou » qui sert de repère.

Mais Nathanaël Wallenhorst nous convainc que le concept est important au-delà des sciences : d’abord parce que c’est un concept politique et ensuite parce que c’est un concept pragmatique qui permet un raisonnement en limites à ne pas dépasser. Dès lors si scientifiquement l’idée de mettre un holà à la croissance tous azimuts tient, avec l’anthropocène des objectifs peuvent être fixés: on est donc du côté du développement durable et d’un travail indispensable pour que nous ne « sacrifions pas les générations futures » selon l’interdit de Hans Jonas dans le Principe Responsabilité.

Nathanaël Wallenhorst, L’anthropocène décodé pour les humains, Le pommier, 204 p., 16 euros. Sortie le 16/02/2019
Visuel : couverture du livre

 

« Vairon » ou la confirmation d’un immense talent d’écrivaine
Agenda culturel de la semaine du 4 février
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *