Essais
« La description du Malheur », W.G. Sebald critique de la littérature autrichienne

« La description du Malheur », W.G. Sebald critique de la littérature autrichienne

23 octobre 2014 | PAR Yaël Hirsch

L’énigmatique et fascinant auteur des Anneaux de saturne et de Austerlitz, W. G. Sebald, était aussi professeur de littérature en Angleterre et en Suisse et un fin critique littéraire. Publiés en 1985 sous le titre « La description du malheur » ses essais sur la littérature autrichienne de Stifter à Handke sont désormais disponibles en français chez Actes Sud.

Même s’il est allemand d’origine c’est en se glissant dans la digne tradition du grand critique Autrichien Karl Krauss et dans une certaine mesure assez proche du nihilisme créatif d’un autre grand homme autrichien du 20ème siècle : Jean Améry, que W.G. Sebald revient de grandes plumes autrichiennes des 19ème et 20ème siècles.

Voyant dans le goût pour le malheur et la mélancolie d’un Stifter ou d’un Schnitzler une posture anti-bourgeoise et révolutionnaire, il achoppe un peu sur Kafka, avant de se plonger avec délices dans les folies de Thomas Bernhard et de Peter Handke, comme réponses à un héritage impossible.

Au détour du chemin on tombe sur des analyses originales et saisissantes, mobiliser aussi bien Michel Foucault que Karl Marx et nous faire découvrir certains auteurs moins connus du panthéon autrichien comme Ernst Herbeck. Une somme que les germanistes et germanophiles sauront apprécier à sa très haute et très juste valeur.

W.G. Sebald, La description du Malheur, trad. P. Charbonneau, Actes Sud, 272 p;, 23 euros. Sortie le 3 septembre 2014.

« Etant donné que même dans le temps, la société bourgeoise se construit selon les principes de l’utilitarisme, de l’intérêt particulier et de l’indifférence au destin de l’autre, qui est à chaque fois une personne différente, le tragique et la désolation deviennent des formes d’expression adéquates d’une doctrine du salut visant à faire l’expérience personnelle du bonheur d’aimer » p. 54

visuel : couverture du livre

[Chronique] « Ephemeral » de Rich Aucoin : exalté, épuisant
Les nouvelles aventures du géant suédois H&M
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture