Essais

Joseph Ratzinger, « L’homme qui ne voulait pas être pape »

Joseph Ratzinger, « L’homme qui ne voulait pas être pape »

15 mars 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Nicolas Diat journaliste du figaro magazine, ancien conseiller de Laurent Wauqiez dresse un portrait de Benoît XVI.

[rating=4]

homme papeELECTION DE BENOIT XVI
Joseph Ratzinger devient le 265 ème pape sous le nom de Benoit XVI.
La foule qui se presse place saint Pierre est loin d’imaginer qu’il ne voulait pas devenir pape.
Dans ce système monarchique de droit divin, cet intellectuel lutte pour purifier l’église, parle de Dieu, redonne un sens au rapport entre la foi et la raison.
Très vite, le pontificat est rattrapé par les lois secrètes de la curie (administration pontificale), gouvernement unique par ses codes, ses coutumes, ses grandeurs, ses rigidités.
Cette tour de contrôle est tenue d’une poigne de fer par le cardinal Bertone.

ON NE REFORME L’EGLISE QU’EN SOUFFRANT POUR ELLE
La sentence de Georges Bernanos dans « les prédestinés « semble une prophétie pour les derniers papes comme Jean Paul II, notamment à la fin de son pontificat pour ses problèmes de santé et Benoit XVI.
Un cardinal allemand Karl Lehmann a violé le secret des délibérations car il a gardé son téléphone portable et communiqué avec l’extérieur durant le conclave qui a élu Benoit XVI.
Ce « pavé », car l’ouvrage est volumineux et très dense fera date.
C’est une enquête principalement sur Benoit XVI mais aussi des papes précédents.
Le scandale de la banque du Vatican, de la fuite de documents du Vatican avec le concours du majordome du pape (vatileaks) et des légionnaires du Christ (le fondateur avait été exclu du séminaire et a dans un premier temps refusé les sacrements de l’église, lors de ses derniers jours), le problème des prêtres pédophiles et des intégristes sont détaillés très longuement et avec précision et clarté.
La décision de Benoit XVI de bien dissocier le processus de béatification et de canonisation des saints et d’en ralentir le nombre est bien développée.
On apprend, mais on s’en doutait, qu’il y a des conflits, des luttes de pouvoir entre les cardinaux
Pour finir, il dresse un portrait du nouveau pape et des grands électeurs, ainsi que des équilibres du collège des cardinaux.

Nicolas Diat, L’homme qui ne voulait pas être pape, éditions Albin Michel, février 2014, 512 pages, 22,50 euros.

visuel : couvrture du livre

« L’impasse », de Aurélie de Gubernatis, un polar au féminin chez Eho
Les damnés de Paris de Michael Le Galli et Marie Jaffredo
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *