Essais
« Je suis un monstre qui vous parle » : Paul B. Preciado tente de réconcilier la fluidité du genre et la psychanalyse

« Je suis un monstre qui vous parle » : Paul B. Preciado tente de réconcilier la fluidité du genre et la psychanalyse

13 juillet 2020 | PAR Yaël Hirsch

Compte rendu du discours prononcé par Paul Preciado devant un cortège de 3500 praticiens lors des journées internationales de l’Ecole de la Cause Freudienne à Paris en 2019, Je suis un monstre qui vous parle plaide la fluidité du genre face à la psychanalyse. A vif, important et touchant.

Invité par 3500 psychanalystes à parler devant eux en novembre 2019, Paul Preciado n’a pas pu terminer son discours tellement il a choqué l’assemblée. Et pourtant, non seulement l’intellectuel.le répond à la demande de réaliser son autoportrait : un plaidoyer pour le monstre qui choisit sa propre norme… Mais sa critique fondamentale de la psychanalyse est adressée « en tant que corps non-binaire à qui ni la médecine, ni la psychanalyse, ni la psychiatrie ne reconnaissent le droit de parler avec un savoir expert sur la propre condition » (p.17).

Dès lors, le message qui n’a pas pu être pleinement livré en novembre dernier est une complainte justifiée à la psychanalyses et à ses praticiens : « Vous organisez une rencontre pour parler de ‘femmes en psychanalyse’ en 2019, comme si nous étions encore en 1917 » (p.18). Et un texte qui énonce très clairement le choix philosophique et humain de refuser la norme du binôme masculin/féminin et la revendication de se constituer pleinement et librement comme sujet – et donc comme monstre (au sens de Foucault) – hors de cette norme.

Enfin – et c’est l’aspect peut-être le plus touchant de ce message que Paul Preciado présente comme non-entendu – cette dureté et cette revendication face à la psychanalyse sont également un cri d’amour et un appel à une écoute sérieuse qui semble vital : « Contrairement à ce que les plus conservateurs d’entre-vous pourraient imaginer, ceux qui craignent qu’une psychanalyse dépourvue de l’épistémologie de la différence sexuelle soit défigurée, je vous dis que seule cette transformation profonde peut faire survivre la psychanalyse » (p.126).

Dédié à Judith Butler, spécialiste et pionnière du domaine des études de « genre », évidemment hérétique mais aussi tentative de discussion avec la psychanalyse, ce court texte pourrait bien être la voie royale pour comprendre une évolution majeure de notre identité humaine qui bouleverse l’orde des discours depuis maintenant plus de 30 ans…

Paul B. Preciado, Je suis un monstre qui vous parle, Grasset, 128 p., 9 euros. Sortie le 10 juin 2020.

visuel : couverture du livre

Imane Ayissi donne ses lettres de noblesse à la couture africaine
L’agenda culture de la semaine du 13 juillet
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *