Essais

François Buot revient sur l’histoire du Gay Paris

François Buot revient sur l’histoire du Gay Paris

06 mai 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Agrégé d’histoire, François Buot est spécialiste de la période surréaliste. Il vient de publier Gay Paris. Une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940, récemment parue chez Fayard.

François Buot, Gay Paris. Une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940UNE COMMUNAUTÉ OUVERTE
Dans un récit mêlant plaisirs et destinées tragiques, François Buot bouscule l’idée d’un « Gay Paris » dominé entre 1900 et 1940 par une communauté discrète et globalement repliée sur elle-même, hormis le cas particulier de quelques vedettes sur le devant de la scène.

UNE LÉGISLATION TOLÉRANTE
Pendant quarante ans, profitant d’une législation particulièrement tolérante, le « Gay Paris » s’afficha jour et nuit. Invertis, lesbiennes, travestis, tantes, macs, marlous, apaches et michés investirent les music- halls et les dancings, racolèrent dans les jardins publics, animèrent de nombreux bals de quartier et se retrouvèrent dans les promenoirs des théâtres, dans les bains publics et dans les maisons closes.

GÉOGRAPHIE DU PARIS SECRET

Même sur la plus belle avenue du monde, on trouvait des lieux de plaisir, comme par exemple « L’arbre d’amour ». Montmartre était également le quartier d’innombrables lieux de plaisir, de même que le secteur du Moulin Rouge. Au début des années 1920, le plaisir gagnait la rive gauche. Il y eut alors un véritable brassage populaire.

INVENTION D’UNE NOUVELLE CULTURE

Les habitués du « Gay Paris » inventèrent un mode de vie et une nouvelle culture, tout en restant vigilants face à l’homophobie. Ce monde gay était bien intégré au Paris populaire et festif. Les écrivains, comme Genet ou Lorrain, s’en inspirèrent.

EFFONDREMENT DE JUIN 1940
L’effondrement de juin 1940 et l’exode sur les routes du sud du pays mirent fin à cette insouciante tolérance française, qui faisait rêver le monde entier. Songeant notamment au « Gay Paris », Philippe Pétain parla dès le 25 juin 1940 d’« une douloureuse pénitence pour avoir vécu dans l’excès ».

A partir de nombreux documents inédits, comme les rapports de la brigade mondaine, les lettres anonymes, la presse à sensation et la littérature populaire, François Buot livre un tableau haut en couleur du monde gay de l’époque. Cette histoire insolite est très complète et mérite que l’on s’intéresse à elle. L’étude de l’auteur permet de mieux comprendre les linéaments de l’évolution des idées de notre temps et contribue à plus d’humanité.

François Buot, « Gay Paris. Une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940 », Fayard, mars 2013, 287 p., 22 euros.

Le nom du fils, plongée dans le grand Sud avec Ernest J. Gaines
MM6, la petite griffe by Maison Martin Margiela ouvre sa première boutique à Paris
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

One thought on “François Buot revient sur l’histoire du Gay Paris”

Commentaire(s)

  • Le livre de F. Buot comporte des emprunts, nombreux et caractérisés, entre autres, à deux livres de notre fonds, Paris Gay 1925, de Gilles Barbedette et Michel Carassou, et Excentriques et Années folles, de Christian Gury. Cf l’article de de Mathieu Magnaudeix dans Médiapart, du 5 août 2013.

    août 6, 2013 at 17 h 34 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *