Essais
“Combats et métamorphoses d’une femme”: Edouard Louis, le Livre de sa mère

“Combats et métamorphoses d’une femme”: Edouard Louis, le Livre de sa mère

22 avril 2021 | PAR Emmanuel Guedj


A travers ce livre, nous retrouvons la tendresse et la force typique de cet auteur. Un ouvrage dédié et parcourant des thèmes qui lui sont chers. L’occasion d’aborder de manière saisissante et parfois brutale des sujets sociétaux plus que jamais d’actualité. A lire.

Par Emmanuel GUEDJ

Écrivain et traducteur, Edouard Louis (né Eddy Bellegueule en 1992) grandit dans la Somme. Ce diplômé de l’Ecole Normale Supérieure et auteur de En finir avec Eddy Bellegueule, nous plonge dès le début de son récit dans la description d’une enfance difficile et évoque dès les premières lignes sa mère. Une femme dont la vie basculera au fur et à mesure des années dans une bataille contre le patriarcat.

“La vision du bonheur m’a fait ressentir l’injustice de sa destruction”

“Libre, belle et la vie devant soi”. A travers ce passage, et d’autres, nous pouvons légitimement nous demander si le natif d’Hallencourt ne souhaite pas alerter le lecteur de la dureté de la suite de son récit. Saisissant. Edouard Louis entretient un suspense dès les premières pages de son ouvrage. Une façon subtile et percutante de dénoncer, à travers la vie de sa mère, la condition parfois insoutenable de nombreuses femmes. Une vie gâchée par les humiliations, la pauvreté, la violence et le diktat masculin. N’est-ce pas tout simplement l’histoire de l’oppression des femmes.

“A neuf ou dix ans déjà, je connaissais le goût de la mélancolie et du désespoir”

Edouard Louis nous décrit avec une justesse folle son enfance. Un enfant terrorisé par la peur que son entourage découvre son homosexualité. Il adresse à sa mère, dans ce livre, une phrase particulièrement violente, triste et révélatrice de cette période de sa vie. Tellement traumatisante et destructrice. “Je ne voulais pas que tu saches qui je suis”. Percutant. Il dépeint l’énergie employée pour éloigner ses proches et surtout sa mère des événements où les parents d’élèves étaient conviés. La honte d’être perçus par l’être le plus cher comme un enfant à part, mis de côté pour son orientation sexuelle et sa nature même. Sujet plus que jamais d’actualité raconté de manière bouleversante. Cela peut nous renvoyer à l’homophobie que subissent des milliers d’adolescents et adolescentes prisonniers de leur tourments, simplement parce qu’ils souhaitent vivre ce qu’ils sont. De quoi nous faire réfléchir.

“Nos hontes se sont séparées”

La misère, le dénuement et la résignation imprègnent ce texte. Le jeune traducteur met cependant en avant le souhait de la part de sa mère de s’extirper de cette condition, de cette prison intérieure. Notamment à travers des rencontres, au fur et à mesure du temps. Comme si finalement tout était possible. L’ascenseur social est difficilement atteignable mais reste une possibilité. Ascenseur en panne depuis des décennies pour la famille Bellegueule. Une façon astucieuse de dénoncer l’inégalité des chances? Un parallèle subtile de tentative d’éloignement d’un milieu, de s’extirper et enfin s’émanciper d’une situation familiale délicate et précaire afin de vivre la vie désirée. De vivre tout simplement. Une manière touchante de suivre à travers le récit consacré à la mère, la démarche du fils, Edouard Louis. Magnifique démarche littéraire. Est-ce que les métamorphoses vont avoir lieu?

Ce livre est pour l’auteur une manière forte et en même temps délicate d’aborder des sujets à la fois intimes et de société. À se demander si ce récit n’est pas un pendant à son autre œuvre “Qui a tué mon père?”.

“Combats et métamorphoses d’une femme” d’Edouard Louis, Seuil. 117 pages, 14 euros.Parution en 2021.

Visuel :© Seuil

Le feuilleton du Master de création littéraire : Extrait de « 10.Ne », de Laurane Travagli-Chanal
« Je veux faire du cinéma » : Le Manuel de survie de Frédéric Sojcher
Emmanuel Guedj

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture